LEBANONESQUE

Impressions, views, and steam-blowing by a lonesome cowboy.

Friday, June 30, 2006

Read This And Weep

From the Daily Star:

Lebanese leaders fail to resolve domestic disputes but agree on need for intervention in Gaza Strip


BEIRUT: Participants in the ninth session of Lebanon's national dialogue failed to solve any of their own country's problems on Thursday, but they did manage to agree that the international community should step in to halt Israel's offensive in the Gaza Strip. The Gaza crisis loomed large as leaders of the country's rival political factions held discussions on a strategy against any potential Israeli attack.

I could not, nor wished to, read past the first paragraph. For the gutsier types, here's the rest.(LINK)

Ditty, with apologies to T.S. Eliot:

We can't fix electricity in our own country,
But we know what's good for Gaza

We are the hollow men
We are the stuffed men

Shape without form, shade without color,
Paralyzed force, gesture without motion;

This is the way Lebanon ends
Not with a bang but a whimper

68 Comments:

  • At 6/30/06, 11:26 AM, Blogger Unfrozen Caveman Linguist said…

    JW,

    I thought of your blog and some of your other comments as soon as I read the article. Sadly, I expected little else; worse still is the way that such a useless declaration is celebrated as some kind of achievement.

     
  • At 6/30/06, 11:35 AM, Blogger JoseyWales said…

    Hi Cavemister,

    I'm sure other Arab "leaders" are following in the grand tradition of posturing and emitting hot air while unable/unwilling to deliver bread to their own people.

     
  • At 6/30/06, 11:46 AM, Blogger Ms Levantine said…

    JW,

    I have to say I am surprised your still have tears to weap. The only word that comes to mind when I read something about our politicians (all of them) is Bahdale.

     
  • At 6/30/06, 12:24 PM, Blogger Wil said…

    Josey, still my man!

     
  • At 6/30/06, 6:01 PM, Anonymous ghassan karam said…

    As many of the regular readers of Lebanese blogs might know I have declared the death of the Lebanese state many months ago. Yet like an addict or maybe a masochist I keep coming back looking for a sign that this time its different and that I was wrong in my judgement.I am still hanging by a thread hoping against hope that a modicum of sanity will prevail in Lebanese and Arab politics. I am not sure that there is much more that I can take before I manage to confront reality and act upon my numerous judgements that Lebanon the state is no more!!!

     
  • At 7/1/06, 8:25 AM, Anonymous Anonymous said…

    Friday, June 30, 2006
    Excerpts: Internal Hamas disunity. Syria drowning in Baath? 30 June 2006

    Excerpts: Internal Hamas disunity. Syria drowning in Baath? 30 June 2006
    +++THE DAILY STAR (Lebanon) 30 June '06:"The dangerous liaisons of Hamas'
    exiles"
    By Ziad Asali, president American Task Force on Palestine
    QUOTE FROM TEXT:
    "fundamental split within Hamas..Palestinian nationalism, on the one
    hand, and a brand of political Islamism dedicated to a new regional
    revolutionary order, on the other"
    "Palestinians need to recognize if having freed themselves from the grip
    of the Arab states they allow themselves to become pawns in a regional
    Islamist strategy, this could well signal the end of the Palestinian
    national movement"

     
  • At 7/1/06, 8:56 AM, Anonymous Anonymous said…

    Palestinians collaborarting with Syria in Lebanon

    Shortcut to: http://www.timesonline.co.uk/article/0,,251-1604552,00.htm

     
  • At 7/1/06, 9:51 AM, Blogger JoseyWales said…

    Irrelevant comments have been deleted (borderline ones are in for now).

    Thanks WIL.

    Ms. Lev, "Bahdale" indeed. I can think of many more very fitting words but we're tryng to keep this a family blog. ;)

    Ghassan, I am hoping you are wrong and that some hope exists. Evidence is on your side though.

     
  • At 7/1/06, 11:11 AM, Anonymous ghassan karam said…

    Josey,
    It is unfortunate, but our failure is not only that of politicians but just as important the failure of citizens to live up to their responsibilities.
    Just one minor example: Where are the Gates/Buffet like initiatives in Lebanon or the Arab world for that matter.Please note that the above have given freely most and eventually all what they have accumulated back to society broadly defined i/e/ in this case the global community.These might be the only altruistic gestures that I know off.
    Lebanon has a GDP of around $20 Billion. Would it be possible to put together a group of Lebanese that could start a not-for-profit foundation endowed by say $2 billion? That will not be difficult if one looks at the Harriris , Mikatis, Fares ... The annual income in perpetuity from such an endowment could fund activities that will transform Lebanon over a short period of time. (The large endowments of Harvard, princeton and others have averaged over 18% return a year over the past twenty years).
    Assume that the hypothetical $2Billion Fund of Lebanon can generate $200-250 million per annum and allocate it for example as such:
    $50 million educational scholarships ( Basically college need based grants)That could finance the education of over 5000 college students a year.
    $50 million to promote the adoption of sustainable clean and renewable energy. ( Fund the adoption of solar hot water heat, PV residential systems, PV commercial building syatems, wind power ...)
    $10 million help create a system of youth educational centers around the country.
    $20 million promote reading by establishing reading rooms around the country. (magazines, daily newspapers, computer facilities and books)
    $20 million to encourage the aquisition of technical skills.

    Josey, I would be the happiest person in the world if my pessimism regarding Lebanon turns out to be wrong. Nothing will satisfy more than being wrong.

     
  • At 7/1/06, 12:08 PM, Blogger JoseyWales said…

    Gus, we're on the same wavelength, though beyong the Gates/Buffett types we are all to blame on a basic civic level. From the average guys, to (especially) intellectuals and journalists etc

    In fairness Hariri to a large extent and Issam Fares, Georges Frem etc have contributed, though not in a visionary manner nor with a real national purpose, and often times in a self-serving manner (example Fares at Tuft University), charities catering to voters, etc

     
  • At 7/2/06, 11:54 AM, Anonymous ghassan karam said…

    Josey,
    Why did you call me Gus in the last post? :-) I am just curious because that has been my nickname ever since an old freind called me that in 1960-61!!!!

     
  • At 7/2/06, 12:47 PM, Anonymous Delbarre said…

    I am told that because of the civil war in Lebanon and because of the Syrian domination of that country, there are now more Lebanese outside Lebanon than in the country itsrlf.
    Betwwen Paris, west Africa, South America and Canada not to speak of the U.S. and Australia.
    Do you have the numbers. Is it true?

     
  • At 7/2/06, 6:02 PM, Blogger JoseyWales said…

    Hi Gus,

    I called you Gus a couple of times before. Just the "American" version of Ghassan I guess. Like Louis-Noel is Lou and Mohammed is Moe to Josey.

    DelBarre,

    No exact numbers, though some Leb sites will have them. Guessing 4M in Leb. and 8 to 12 million abroad, though many of the latter 2nd, 3rd or 4th generation.

    If you count all emigrants, there was more outside than inside, even before the civil war and the Syrian occupation. The war of course exacerbated the tilt to the "outside".

     
  • At 7/3/06, 12:09 PM, Anonymous Anonymous said…

    From: Delbarre

    Thanks for the reply.

     
  • At 7/3/06, 12:11 PM, Anonymous Anonymous said…

    Israeli Jets Buzz Assad Palace

    Washington DC, June 28, 2006/RPS/ -- Four Israeli jets flew low over the palace of Baschar al-Assad in Latikiya early today. No word of the damage caused by the proximity.

    Syrian TV said that two Israeli jets flew over the coastline of Syria and were chased away by the Syrian Air Defense System back to their bases. It did not mention that the Assad palace was the target of this political message.

    This escalation is most likely due to the intelligence the Israelis have of Khaled Mishaal, the Hamas leader in Damascus, of his involvement in masterminding the killing of two Israeli soldiers and the kidnapping of another one. Now that Israel has sent a clear message to Syria for harboring Mishaal, free to wreak havoc from Damascus, Assad will either deliver him, an unlikely scenario, escalate further by allowing more attacks inside Israel, or the most likely scenario to lay low until this episode of anger on both sides simply evaporates.

    Until the Assad regime is dismantled, piece-by-piece, the Middle East and the whole region will continue to suffer from undue violence and terrorism in the name of pan-Arabism and Jihad.

    Copyrights © 2003-2006 - Reform Party of Syria (RPS) except where otherwise noted - all rights reserved.


    Source: http://www.reformsyria.org/



    Click underlined blue text for hyperlinked information


    Related information:
    Lebanon: http://www.middle-east-info.org/league/lebanon/lebanon.htm
    Syria: http://www.middle-east-info.org/league/syria/syria.htm
    Arab and Iranian Tyrannies: http://www.middle-east-info.org/gateway/arabirantyr/index.htm

     
  • At 7/5/06, 6:42 AM, Anonymous Anonymous said…

    Sfeir : « Les SR syriens et les amis de Damas sont toujours au Liban »
    05-07-2006
    http://www.lorient-lejour.com.lb/page.aspx?page=article&id=317018&pf=1
    Les SR syriens et les « amis » de Damas sont toujours au Liban, a affirmé hier le patriarche Sfeir, en visite pastorale aux États-Unis. Le chef de l’Église maronite a inauguré hier, à Chicago, les travaux de la Convention annuelle des maronites des États-Unis, qui se tient en l’église Saint-Maron de Chicago et s’achève samedi. Cette réunion sera l’un des moments forts de la visite du patriarche Sfeir et permettra de mesurer la force et l’influence politique des maronites aux États-Unis.

     
  • At 7/7/06, 4:16 AM, Anonymous Anonymous said…

    Une situation comparable à celle de la Somalie

    En allant “de catastrophe en catastrophe avec le même enthousiasme”, les Palestiniens, se demande l’éditorialiste d’Al-Ayyam, n’ont-ils pas aidé à creuser leur tombe ?





    les Israéliens à nous envahir ! Comme si nous les suppliions de revenir occuper nos terres. Avons-nous oublié le mépris et l’humiliation subis ? Avons-nous déjà oublié le temps où Gaza était truffée de herses et de barrières, où hommes, femmes, jeunes gens, jeunes filles, enfants, nous faisions la queue en guettant un signe du doigt ou du menton du soldat de faction pour nous autoriser à franchir le point de contrôle ? Nous nous sommes débarrassés d’eux, mais nous n’avons pas réussi à mieux gérer notre vie pour autant. Nous n’avons su que nous enorgueillir des encouragements prodigués par notre entourage à persévérer dans notre folie et que nous griser des airs martiaux déversés par les antennes paraboliques des chaînes arabes. Arabes et musulmans font la promotion d’une guerre qu’ils ne se sentent pas capables d’assumer. Ils se contentent de nous applaudir pour, en définitive, faire des profits sur le dos de nos morts. Et nos forces à l’étranger se contentent de parler sur les ondes en notre nom, alors que, nous, nous payons de notre sang versé et de nos vies impossibles…
    Je ne peux comprendre que nous puissions enchaîner ainsi les défaites, aller de catastrophe en catastrophe avec le même enthousiasme, le même discours, la même inconscience. Que nous ne réussissions qu’à récolter encore plus d’occupation, encore plus d’humiliation. Que nous nous laissions déposséder, mètre après mètre, du peu de terre, du peu de vie qui nous restent. Nous sommes des handicapés du bon sens !
    Comment expliquer, sinon, notre inclination à agir à l’encontre de nous-mêmes, à confier notre destin à des clans dont le fantasme et l’illusion nous conduiront à une mort certaine ? Et comment peut-on croire que c’est de cette manière que nous allons réussir à élaborer un projet susceptible de servir nos aspirations ? Je ne peux plus comprendre que nous réclamions un passage exclusivement contrôlé par les Palestiniens à Rafah [à la frontière avec l’Egypte] et qu’en même temps nous enlevions des étrangers sans aucun discernement ? Nous ne réussissons plus à garantir la sécurité des observateurs européens. Nous ne sommes même pas capables de prendre en considération le fait que leur présence constitue un apport pour notre économie ; ni de prendre conscience de l’intérêt qu’il y a à ce qu’ils rentrent un jour chez eux avec le meilleur souvenir de leur séjour parmi nous. Nous avons laissé aux Israéliens la responsabilité de gérer les allées et venues des observateurs. Au gré de leur intérêt du moment, ils nous les envoient ou les retiennent sous le prétexte d’assurer leur sécurité.
    Nous vivons une situation comparable à celle de la Somalie. A la différence qu’il n’y a pas là-bas d’occupation israélienne ni d’ennemi extérieur. Il y a en Somalie des chefs de guerre qui mènent le pays à sa perte, tout comme il y a chez nous des clans dont les comportements se résument à une funeste compétition – c’est apparemment à qui entraînera le plus vite le pays vers une fin prévisible et inéluctable, vu le rapport des forces et des puissances. Car nous n’avons pas un niveau de conscience politique suffisant pour nous permettre de faire la différence entre guerre et résistance. Nous voici au bord d’un abîme dans lequel nous allons nous précipiter de notre propre chef. Au bord d’une guerre dont nous ignorons les mécanismes et pour laquelle nous n’avons pas les compétences minimales qui laisseraient entrevoir une issue un tant soit peu favorable. Et à qui avons-nous donné mandat pour en décider en notre nom ?
    Enfants, nous avons entendu nos pères promettre de rejeter les Juifs à la mer. Et nous voilà, adultes, entraînés par d’aucuns dans des guerres dévastatrices et désespérées. Alors qu’Israël, pendant ce temps, raffermit ses positions et phagocyte même ce qui, tout récemment encore, était au-delà d’une ligne rouge [la bande de Gaza] dont il était admis en politique internationale qu’elle était infranchissable !
    Cette nouvelle invasion israélienne a bel et bien commencé. Sa phase première consiste à couper les liens entre les Territoires [palestiniens], à réoccuper des positions stratégiques et à saper les fondements mêmes de notre société. Cela signifie que tout ce que nous avons construit est en train d’être détruit.

    Ziad Abdelfattah
    Al-Ayyam

     
  • At 7/8/06, 12:38 PM, Anonymous Anonymous said…

    Palestinian MP Sabella-Shalit wa captured in a military operation of the HAMAS Govt
    by Ganesh Sahathevan (Australia)

    Dr Bernard Sabella, Fatah MP in the Palestinian Legislative Council said in Sydney yesterday, Friday 7 July 2006, that the kidnapping of Gilad Shalit was a "military operation" carried out by HAMAS.


    Dr Sabella had been invited to speak by the News South Wales Council of Churches, whose leaders have worked with him in his capacity as executive director, Department of Service to Palestinian Refugees; Middle East Council of Churches.

    He had during his speech, and during question time, referred regularly and consistently to the kidnapping of Gilad Shalit as a "military operation". He appeared to have used the term "military operation" to imply a legitimate act of the Palestinian government.

    He explained that the "military operation" had been carried out to prevent Israeli soldiers at the checkpoint Shalit and others occupied, from attacking Palestinians.
    He claimed that the Israelis had known before the attack of the existence of the tunnel used by the kidnappers to get to the checkpoint.

    During question time, this writer asked him;
    "who executed the military operation?"
    His response was ; "Hamas!"

     
  • At 7/8/06, 12:45 PM, Anonymous Anonymous said…

    Arab journalist: Captors ignored advice



    Veteran al-Arabiya journalist expresses unpopular opinion in Arab world, saying Hamas ignores counsel of Arab nations, then demands help after getting entangled. But most justify kidnapping as legitimate military resistance, saying he is really hostage


    In his weekly column, veteran journalist Abed al-Rahman Rashad, CEO of the Arab news agency Al-Arabiya, demanded: “Those that are now asking for the help of Arab governments – shouldn’t they be asking themselves who asked the Arab nations for advice before they kidnapped the soldier, or carried out any other operations that would lead to a conflict which has no chance of success, and would incur enormous damages like the ones we see in Gaza?”




    In the past, Rashad worked as editor of the influential newspaper a-Sharq al-Awsat, and he continues to publish opinion articles in the paper, expressing ideas that aren’t often agreeable to the Arab public.



    “Unfortunately, Hamas doesn’t accept any opinion that is not its own opinion. It publicly rejected the united Arab stance and announced it would continue what it called the ‘only method’ (ie., the armed struggle against Israel), despite the fact it knew that most Arab countries supported calm and opposed minor operations that complicate the situation and cause enormous damages, as we see today…”



    “No one has the right to ask for help from the Arab governments, as it was not they that advised this method of conduct, and when Hamas turned its back on their decisions and counsel. The ones who have become entangled and have tangled up the Palestinians in this battle carry joint responsibility, and they must prove the logic behind their actions. Did Israel lose, and how? Did the soldier’s capture free even one single prisoner? And, was the result worth all the damage it caused?”



    He concluded: “I know that many are asking these questions, but they don’t have the guts to say so publicly, to not make things even more difficult in looking forward to the end of this disaster.”

    Sanctimomious Syria, "the paragon of justice and respect of human rights has this to contribute" (the usual diatribe)

    Syria's Expatriates Minister Buthaina Shaaban, who is considered one of Syria’s top spokespeople, published an article in a-Sharq al-Awsat which claims, “Even if Israel launched the operation claiming it aimed to release the captive soldier…it is attacking people, houses and trees with missiles, planes and bulldozers, continuing the aggressiveness which has lasted for decades and is only intensifying with this as an excuse. The final goal of this blood bath is to exterminate the Palestinian people and exile them from their land so immigrants can move to Israel."

     
  • At 7/8/06, 1:07 PM, Anonymous Anonymous said…

    « Tous les chemins mènent à Damas… »

    Aussi spectaculaire et ravageuse fût-elle, l’opération "Pluie d’été" menée de main de maître par Tsahal dans la bande de Gaza semble désormais toucher ses limites. Certes, le coup a été rude pour le gouvernement Hamas, privé de plusieurs de ses membres, et réduit à la complète impuissance devant ses infrastructures détruites les unes après les autres, et alors que Gaza est largement privé d’alimentation, d’eau et d’électricité. Et comment ne pas voir le niveau lamentable en arithmétique politique des barbus, qui subissent des pertes 10 fois supérieures à celles infligées ? Mais à côté de cela, le soldat Gilad Shalit est toujours détenu et surtout la branche politique bis subsiste à Damas sous la houlette de Khaled Machaal. Les coups portés au Hamas ont été optimisés à Gaza même et en Cisjordanie, où sa crédibilité politique semble ébranlée. Mais le coup de grâce nécessite de franchir un cap encore aventureux et pourtant souhaitable : frapper en Syrie. Car c’est à Damas que réside désormais le cœur du problème Palestinien, mais aussi Libanais, voire même Irakien. En fin de compte c’est toute la région qui respirerait sans le Baas syrien… L’impossible pas à franchir ?



    A voir… D’abord Damas n’est qu’à 125 km de la frontière Israélienne et des premières positions de Tsahal, sur le Golan. Un pas vite et aisément franchissable pour quelques divisions blindées bénéficiant d’un bon soutien aérien, surtout au vu fossé technologique séparant les 2 pays et les 2 armées. D’autant qu’une guerre conventionnelle se gagne dans les airs, domaine où la supériorité israélienne est incontestable. On a aussi vu que les dernières confrontations directes entre les 2 armées avaient été vite résolues (80 avions syriens et 300 blindés détruits les 8 et 9 juin 1982, au début de "Paix en Galilée").

    Autant dire que le problème ne semble pas se poser sur un plan "technique" (cad militaire) surtout pour ceux qui ont pu "admirer" de visu l’armée syrienne, éblouissante d’homogénéité, de cohésion et de modernité… Le problème semble être plus politique bien sûr. D’abord un problème de volonté : malgré des actes forts, le gouvernement Olmert n’a semblé jusque là que réagir (efficacement) aux agressions subies. Il n’est pas encore dira-t-on, dans la "pro-activité". Il n’est pas non plus certain que sa propre opinion publique le suive, sauf grave détérioration sécuritaire (peu probable dans l’immédiat) Sans parler de l’opinion publique dite internationale (tendance bobo médiacrate). Il n'empêche que Bachar el Assad a du connaître un grand moment de solitude la semaine passée quand des avions de combat ont survolé un de ses palais.

    Le Hamas ne sera durablement laminé que si sa tête syrienne. Sa branche "B" pilote depuis Damas les opérations transfrontalières. Ce qui a conduit récemment a une tentative très avancée de déstabilisation de la Jordanie. Pour la petite histoire, Machaal s’est réfugié en Syrie après une tentative d’assassinat du Mossad qui avait bien marché d’ailleurs puisque il avait été empoisonné. Mais 2 agents israéliens avaient été arrêtés, et Netanyahu avait été contraint de livrer l’antidote sous l’aimable pression de Bill Clinton et pour éviter une crise diplomatique…

    Par ailleurs, Damas fournit directement l’armement et pourvoit à l’entraînement sur son propre sol de nombreux groupes terroristes comme le FPLP de Ahmad Jibril fort actif dans les camps palestiniens au Liban. Ces mêmes fedayin se sont d’ailleurs enhardis depuis quelque mois au point de défier l’armée libanaise. Plusieurs soldats du pays du cèdre ont perdu la vie dans ces provocations et on peut penser que cette même armée meurt désormais d’envie d’en découdre pour venger ces affronts répétés. L’armement (et les fonds aussi probablement) iranien pour le Hezbollah libanais transite aussi par la Syrie. Autant dire que les palestiniens eux même, mais aussi la Jordanie donc et le Liban (déstabilisé en permanence par les sbires de Damas tel Sleimane Frangié actuellement, ou Berri, Nasrallah et Hoss sur le long cours) se porteraient infiniment mieux.

    Sans parler de la situation en Irak. La Syrie compte effectivement des centaines de kilomètres de frontière avec l’Irak, au contact de régions à forte dominante sunnite et donc gangrenées par les guérillas baasistes et salafistes. Cette frontière est de fait très poreuse, et la tolérance quasi-illimitée envers l’ex parti frère. S’y infiltrent donc des armes et la plupart des jihadistes arabes et "européens" (vite dit…) et y sont bien sûr exfiltrés ceux qui ont chaud aux fesses. Les nombreuses tribus bédouines (fortes de leurs solidarités transfrontalières) de la région facilitent bien sûr ces mouvements, mais aussi et surtout la volonté du régime de Damas, puisque rien ne se déroule en Syrie sans l’aval du dernier cercle de pouvoir.

     
  • At 7/8/06, 1:19 PM, Anonymous Anonymous said…

    Let us remind ourselves of the context. Israel was condemned for its occupation of Gaza, which was said to be creating ‘despair’ and ‘frustration’ that was causing violence against Israel. Israel withdrew from Gaza. From the day it withdrew, the Palestinians started firing rockets from Gaza into Israel. These rockets have caused some fatalities and injuries. More than 1000 have been fired since the withdrawal. Now two rockets have hit Ashkelon, one hitting a school playground which just happened to be empty. This constitutes ‘an unequivocal invitation by Hamas to war.’


    The Palestinians have been smuggling into Gaza a vast arsenal of weaponry and have been tunnelling into Israel. If they haven’t got it already, it is only a matter of time before they get chemical or biological material with which to arm these weapons still further. For the Palestinians, withdrawal from Gaza has provided the opportunity to ratchet up their war against Israel. Since Israel no longer occupied Gaza, it should have been plain — to those who didn’t believe it previously — from these post-withdrawal attacks that the Palestinians’ war was not one of liberation but of extermination (as they had so helpfully announced in both the Palestinian national charter and the Hamas charter).



    It was only with the tunnel raid on Israel, the killing of the Israeli soldiers, the kidnapping of Cpl Shalit and the subsequent murder of an Israeli teenager on the West Bank that Israel finally responded. It had taken months for it to do so. And so how did it respond? It destroyed two bridges and a power station — and some of the media immediately screamed that these were war crimes and ‘collective punishment’, even though virtually no Palestinians at that stage had been killed.

    Today, the fighting escalated and so did the casualties. Such is the inevitable price of a war declared upon Israel. Such civilians who are regrettably killed become casualties because the men of terror position themselves amongst them, thus effectively using the Palestinian population as human shields.

     
  • At 7/9/06, 7:21 AM, Anonymous Anonymous said…

    +++Saturday, July 08, 2006
    THE DAILY STAR (Lebanon) 8 July '06:"Syria's serial exporters of
    instability"
    By Ammar Abdulhamid, Syrian dissident.associated with Brookings Institution
    QUOTES FROM TEXT:
    "the kidnapping (of the Israeli soldier} seems to have been instigated,
    if not orchestrated by Hamas leaders residing in Damascus, ... under the
    protection of the Assads"

    "the Assads are re-emerging as one of the Middle East's chief backers of
    radical groups --Islamist or ultra-nationalist"

    "adventureism ...will remain a mainstary of Syrian foreign policy"
    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------EXCERPTS:

    What do the Assads of Syria think they are doing? ... the Assads are
    re-emerging as one of the Middle East's chief backers of radical groups -
    Islamist or ultra-nationalist. The recent showdown with Israel over the fate
    of an abducted Israeli soldier is a case in point, as the kidnapping seems
    to have been instigated, if not orchestrated, by Hamas leaders residing in
    Damascus, where they live under the protection of the Assads.
    Together with the Syrian regime's continuing dabbling in Lebanon and its
    strengthened alliance with Iran, the Assads seem to be thumbing their noses
    at the international community. ... what's behind its growing internal and
    external belligerence?
    Problems began after the rise of President Bashar Assad to power in June
    2000 to replace his father. ... Assad had few or no qualifications for his
    new job other than lineage. His lack of experience has been the hallmark of
    his political career ever since.
    ...an explanation for Syrian belligerency requires that one dig deeper into
    the nature of the regime. Assad came out strongly in favor of the armed
    Palestinian intifada in 2001, was dead set against the US-led invasion of
    Iraq in 2003, and he opened Syria's borders up to jihadists wishing to fight
    the Americans there. In 2004, he backed a term extension for Lebanese
    President Emile Lahoud, in the face of international warnings and pleas that
    he not do so, and his security apparatus seems to have played a major role
    in orchestrating the assassination of former Lebanese Prime Minister Rafik
    Hariri, among other violent acts. ....
    ..., the Assads represent a small clan within the minority Alawite
    community. By controlling the country's army and security services, the
    Alawites have effectively been ruling Syria for over 35 years now, ...
    ...Assad's real mandate was to maintain the status quo. ... , the young
    president's inability to change much in domestic Syrian affairs left foreign
    policy as the only outlet for Assad to draw much-needed legitimacy for his
    rule.
    ... Bashar can never truly be interested in a final resolution of Syria's
    outstanding foreign entanglements. Having to continuously manage outside
    crises is the only way for him and his family to maintain their grip on
    power. Adventurism, therefore, will remain a mainstay of Syrian foreign
    policy, no matter how suicidal it might seem at this time, considering the
    constantly changing geopolitical realities in the region.
    ...Assad and the rest of his family will continue to up the ante in their
    confrontation with the international community. ... Peace, stability and
    democratization in Syria and in the region will remain illusory goals for as
    long as the Assads are at the helm in Syria.

     
  • At 7/9/06, 1:09 PM, Anonymous Anonymous said…

    Lahoud reveals that he has been exposed to threats because of his commitment to the right of the Palestinian refugees to return

    Friday, July 07, 2006 - 08:45 PM
    Beirut, (SANA - Syrian news agency)-
    www.sana.org/eng/22/2006/07/07/45639.htm


    Lebanese President , Emile Lahoud , revealed that he has been receiving
    threats from some countries for his insistence on the necessity for the
    Palestinian refugees in Lebanon to return to their homeland in line with
    International resolution ,194.

    During his meeting on Friday with a delegation representing lawyers who
    resist settlement and normalization with the Zionist entity , Lahoud added
    that he demanded the return of the Palestinian refugees at the Franco phonic
    Summit which was held in Canada in line with resolution 194.

    He indicated that Israel has managed through the Zionist lobby in the
    United States to drop the right of the Palestinians to return from the
    brains of a number of countries.

    A.N.Idelbi

     
  • At 7/9/06, 1:19 PM, Anonymous Anonymous said…

    You are going to love that: Takiya in action.
    From Al Sharq Al Awsat:

    Hamas leaders: We are not Hamasniks




    Some 32 Hamas legislators, ministers arrested in West Bank say during interrogation they aren't Hamas members, al-Sharq al-Awsat reports; members say they were elected on independent list; interrogators were unimpressed.

    Israel thought it captured senior Hamas officials in the West Bank, but the 32 legislators and ministers arrested last week by the Israel Defense Forces denied in interrogation that they belong to the Hamas movement.

    According to the London-based al-Sharq al-Awsat, when Hamas members were asked about their affiliations they said they were elected on an independent list called The List for Change and Reform and that they do not belong to Hamas.



    The claim was made by all 32 arrested members in coordination with their lawyer Attorney Jawad Boulous.



    The newspaper added and reported that Israeli interrogators were not particularly impressed of this version and engaged in political discussions with their detainees. The parties discussed the possibility of Hamas joining a political process.


    Meanwhile, Palestinian legislator Nabil Shaath told the Saudi daily al-Watan that Egypt and Saudi Arabia are hindering western pressure on Syria and Iran to use their sway over Hamas to end the current crisis.



    The two countries were said to be leading efforts to end an economic boycott imposed by western donors on the Palestinian Authority.



    Shaath added that Egypt and Saudi Arabia are negotiating the release of kidnapped Corporal Gilad Shalit with Syria and Iran.



    "There is a wide diplomatic effort involving Europe, the United States, Russia, and Turkey, but is led by Egypt and Saudi Arabia. Egypt is the only country capable of filing a role like this on the ground but it needs Saudi assistance and this is what happened lately."



    Shaath said the deal being brokered by Egypt calls for the release of Shalit and the cessasion of rocket attacks against Israel in return for Israel halting its offensive in Gaza, releasing arrested Hamas officials and freeing "a considerable number" of Palestinian prisoners.



    Shaath who visited Saudi Arabia and Egypt lately said if the deal is accepted by the kidnappers, a political process could start.



    "There is a need for international donors to transfer aid. For example, Saudi Arabia is interested in transferring funds to the Palestinian Authority but not as a one-time deal but to open the door for more donations in the future," he said.

     
  • At 7/10/06, 11:21 AM, Anonymous Anonymous said…

    21h locales, 19h à Paris, samedi



    Cette après-midi, un ressortissant libanais a franchi la barrière de sécurité représentant la frontière internationale, à proximité de la Porte Fatma à Métula.



    En escaladant le grillage, l’homme a immédiatement déclenché l’alerte électronique et les soldats, basés à 60 mètres derrière nos bureaux, n’ont eu aucun mal à l’intercepter.



    Cet individu d’une trentaine d’années, non armé, était tout sourire au moment où nous sommes arrivés sur les lieux. Dans le véhicule de type Hammer dans lequel il était assis, il a déclaré qu’il "venait rendre visite à des amis de votre côté".



    A chaud, et avant de soumettre l’intrus à l’interrogatoire en règle qu’il subit en ce moment, les officiers qui l’ont arrêté ont soulevé l’hypothèse que l’homme avait probablement agi pour le compte du Hezbollah. Le but de cette incursion consistait soit à tester le dispositif d’alerte le long de la frontière, soit à effectuer des repérages en vue de futures opérations de l’organisation terroriste chiite libanaise en Israël.



    Sur le premier objectif l'IDF a démontré son efficacité, quant au second, l’individu n’a pas eu le temps de s’éloigner de la frontière de plus de quelques mètres.



    Dans les cas précédents de franchissement de la frontière, les personnes ont été remises à la Croix Rouge au poste frontière de Naqura, sur les rives de la Méditerranée, après avoir subi un questionnement intensif. Un interrogatoire dont il ne faut cependant pas attendre grand-chose, vu que les Fous de Dieu n’utilisent pas pour ces missions des individus possédant la moindre information susceptible .


    A plusieurs reprises, lors de tentatives semblables, le Hezbollah s’était servi d’arriérés mentaux.

    Saturday 08 July [18:44:00 BST]

     
  • At 7/10/06, 11:22 AM, Anonymous Anonymous said…

    BEIRUT, Lebanon - Lebanese authorities found maps and bombing plans on the personal computer of an al-Qaida suspect accused of plotting to attack New York train tunnels, a senior Lebanese official said.
    Acting Interior Minister Ahmed Fatfat described the information found on Assem Hammoud's computer as "very important."
    "It contained maps and bombing plans that were being prepared," Fatfat said in a local television interview.
    Lebanese security officials told The Associated Press that they obtained "important information" from Hammoud's computer and CDs seized from his office at the Lebanese International University, where he taught economics.
    "This information helped the investigators make Hammoud confess to his role in plotting a terror act in America," one official said, speaking on condition of anonymity because of the sensitivity of the case.
    The FBI announced Friday that it had uncovered a plot to attack Hudson River tunnels that which carry more than 215,000 passengers each weekday between New York and New Jersey. U.S. officials said the plot involved at least eight people, including Hammoud. At least two besides Hammoud have been arrested, Lebanese officials said.
    U.S. officials said the suspects hoped to pull off an attack involving "martyrdom and explosives" in October or November, but federal investigators working with six other countries intervened before the suspects could travel to the United States.
    "We received information from the FBI in April about an attempt to plot a terror act in New York City through Internet communications in Lebanon," Fatfat said in the interview Saturday. "Based on this information, security forces acted and arrested Mr. Assem Hammoud."
    Officials said Hammoud, 31, confessed to the plot, and to swearing allegiance to al-Qaida leader Osama bin Laden.
    "During the investigation, Assem Hammoud admitted that he was planning to go to Pakistan for four months for training on the implementation of this operation in New York and that the implementation date was the end of 2006," Fatfat said.
    Bin Laden and his closest aides are believed to be hiding in the mountains along the border of Pakistan and Afghanistan.
    The Lebanese newspaper As-Safir reported that a Syrian suspect had been lured to Libya and arrested there, along with a third suspect whose nationality was unknown.
    Other suspects still at large include a Saudi, a Yemeni, a Jordanian, a Palestinian, an Iranian Kurd and a sixth whose nationality was unknown, As-Safir said.
    The denial below from Assem's family reflects how successfully he followed the al-Qaida manual:

    The suspect's family denied that he had any al-Qaida links. His mother, Nabila Qotob, said Hammoud was an outdoorsy person who drank alcohol, had girlfriends and bore none of the hallmarks of an Islamic extremist.
    The Canadian Press, citing a source familiar with the case, reported that Hammoud attended Montreal's Concordia University in the mid-1990s.

     
  • At 7/10/06, 11:32 AM, Anonymous Anonymous said…

    Egyptian Government Preacher Incites Children to Martyrdom

    Egyptian cleric Sheikh Muhammad Nassar is a preacher for the Egyptian Ministry of Religious Endowment and hosts children's shows on Egypt's Al-Nas TV. In two recent Al-Nas programs on June 15, 2006 (TO VIEW THIS CLIP, VISIT: http://www.memritv.org/search.asp?ACT=S9&P1=1185 ) and on June 22, 2006 (TO VIEW THIS CLIP, VISIT: http://www.memritv.org/search.asp?ACT=S9&P1=1183 ) Sheikh Nassar told a group of children about little Sa'id, who yearned for and attained martyrdom, and about Allah's punishment of the infidels.

    Egyptian cleric Sheikh Muhammad Sharaf Al-Din also hosted a children's program, which aired on Al-Nas TV on June 21, 2006. In it, he told of a Jewish woman's attempt to poison the Prophet Muhammad, saying, "The Jews are the people of treachery and betrayal [...] We want mothers who teach their sons jihad, the love of Allah, and His Messenger, [and] sacrifice for the sake of Islam" (TO VIEW THIS CLIP, VISIT: http://www.memritv.org/search.asp?ACT=S9&P1=1184 ).

    The following are excerpts from the programs:




    Sheikh Muhammad Nassar on Child Martyrdom and Allah's Punishment of Infidels

    Sheikh Muhammad Nassar (June 15): "Let's listen to a very beautiful story to learn about the courage of a child, and how, when a child is brought up in a good home, and receives proper education in faith, he loves martyrdom, which becomes like an instinct for him. He can never give it up.

    "This story, my friends, is a beautiful story. Abu Qudama was the commander of the army of the Muslims, when they fought the Byzantines. The Byzantines had a very, very large army, whereas the Muslims did not have many fighters. So Abu Qudama walked down the alleys and streets, among the poor, calling: 'Come join the jihad come join the jihad.'

    [...]

    "A woman said to him: 'Abu Qudama, I have a boy. I will give him to you. Take him with you to war.' He asked: 'Is he still a boy?' She said: 'He is 15 years old, and his father was martyred in the previous war. Since his father's martyrdom, he sits day and night, praying that Allah grant him martyrdom.'

    "Abu Qudama was amazed: What is this? Is it conceivable that a boy, ever since the death of his father, instead of being sad about losing his father, is happy about his father's martyrdom, and moreover, he wants to be martyred like his father? Allah be praised.

    "He said to her: 'Bring me the boy.' When the boy came, and asked him: 'What's your name?' and the boy answered: 'Sa'id.' He said: 'Son, your mother said that you want to join me in war. Tell me, son, did your mother make you come here, or do you really want to be martyred?' He said: 'By Allah, the only thing I have wished for, since my father's martyrdom, is to become a martyr.'"

    [...]

    "They began to strike them, and the battle grew stronger. Abu Qudama looked around and saw little Sa'id. Sa'id called Abu Qudama, who said: 'This is not the time, Sa'id.' He said: 'Abu Qudama, listen to me.' Abu Qudama said: 'Sa'id, we are in the middle of a war.' He said: 'Abu Qudama, give me a few arrows. I have used up all my arrows to kill infidels. Give me a few arrows, Abu Qudama.' Abu Qudama was very pleased with Sa'id's courage, with his jihad, his perseverance, and his defiance of death. So he gave him three arrows.

    "Sa'id shot the first arrow, killing one [infidel]. With the second arrow, he killed another infidel, and with the third, he killed a third. Then he was hit by an arrow, and fell to the ground as a martyr. He achieved the martyrdom for which he yearned."

    [...]

    "A little later, he drew his last breath. Sa'id, the 15-year-old child, was martyred for the sake of Allah. He died happy.

    "My friends, when a martyr dies, his clothes serve as his shrouds. They shroud him in his clothes, and they do not wash him, because he is washed by the angels.

    "So they brought Sa'id, all wrapped in his clothes, dripping with the blood of martyrdom. Blood was flowing from his wounds. They dug a small ditch in the ground like a grave, and they put Sa'id in it, and covered it with earth. Then they began to walk away.

    "All of a sudden, the grave shuddered, and they were frightened. What happened? The grave shuddered and ejected Sa'id. They said: 'Allah be praised, what's going on?' The corpse got out of the grave all by itself. They were amazed, and said: 'Allah be praised.' Abu Qudama said to them: 'Wait just a moment. Let's try again. How can we possibly leave this corpse like this?' So they put him into the ground once again, and covered him with earth.

    "After they covered him and began to walk away, the ground shuddered, and threw out the corpse again. They were all frightened, they began to shiver. Allah be praised. Allah Akbar. Then they all stood there in amazement. Abu Qudama said: 'We cannot leave him like this. This is my beloved Sa'id. He instructed me to bury him when he dies, and to stay with him, and not tell his mother anything. I must do it. I must bury Sa'id. I cannot leave him. Bury him again.'

    "So he dug the grave himself, and said: 'My Lord, reveal this thing to us, my Lord. We want to bury him, my Lord.' They put him into the grave again, and began to walk away. Then the earth shuddered once again, and the corpse got out. So they said: 'Allah Akbar. This is Allah's doing.'"

    Sheikh Muhammad Nassar (June 22): "Children, our Lord has soldiers of which we are not aware. They are not human soldiers. The winds are soldiers, and the earthquakes are soldiers. The infidels today think they built missiles and invented the atom - but our Lord shakes them and sends the sea upon them, and the sea rises and floods a city, because this sea is a soldier. He sends an earthquake that splits the earth, and swallows them up with all their missiles and possessions. Why? Because Allah never abandons His believers."


    Sheikh Muhammad Sharaf Al-Din on "the Jews, the People of Treachery and Betrayal"

    Muhammad Sharaf Al-Din: "A Jewish woman invited the Prophet Muhammad to a meal. Why? Because she was clever. She said that if he was truly a prophet, he would know [the food was poisoned], and we would know he is a prophet. But if his claim to be a prophet was false, he would die, and we would be rid of him. She knew the Prophet liked the right leg of a lamb. The Prophet liked the right leg from the front. She put poison inside. After the lamb had been slaughtered, skinned, cut, and cooked, she put poison in the meat of the leg she knew the Prophet liked.

    "Muhammad likes to eat from the leg, someone else may like to eat from the liver, another may like to eat from the head, and another may like to eat from the tongue of the slaughtered animal. People like to eat different kinds of meat. The Jewish woman was told that the Prophet liked to eat the right leg, so she brought one and put poison in it.

    "After the lamb was slaughtered, skinned, cut, and cooked, it was served to the Prophet Muhammad. When the Prophet said 'In the name of Allah'... A Muslim must say 'In the name of Allah' before eating. When the Prophet said: 'In the name of Allah,' and cut off a piece of meat, and was about to eat it, our Lord resurrected the lamb, and made it say: 'Don't eat me, I'm poisoned, oh Messenger of Allah.'"

    [...]

    "Ruqaya, what did you learn from today's show?"

    Voice of Ruqaya: "I learned that the Jews are the people of treachery and betrayal..."

    Muhammad Sharaf Al-Din: "Allah Akbar! Say Allah Akbar! What did Ruqiya say? The Jews are the people of treachery and betrayal. May Allah give you success. We want mothers who teach their sons jihad, the love of Allah and His Messenger, sacrifice for the sake of Islam, and love for the countries of the Muslims. Loving the country of the Muslims. May Allah bless you, Ruqaya. That is the most beautiful thing I have heard - that the Jews are the people of treachery, betrayal, and vileness."

     
  • At 7/10/06, 11:40 AM, Anonymous Anonymous said…

    Hamas' Claims of "Important Victory" in This Attack are Absurd

    "It would be absurd to try to believe the claims of the terrorist Hamas movement, and of its allies and masters in Tehran and Damascus, that speak of an 'important victory' over the Israelis in this desperate attack. This [claim is absurd], for the simple and obvious reason that the military, political, and economic balance of power, along with every other parameter, will always favor Israel to a considerable degree, so that the very notion of equilibrium between the two sides in the conflict is [nothing but] a wild fantasy.

    "[In addition] it would [be] a complete fantasy to think that the Israelis will react like 'harmless lambs' to what occurred near the Kerem Shalom crossing last Sunday. Several minutes after the terrorist attack, the crossings [were] closed and the Israeli military units began moving in battle readiness. This was the largest Israeli military build-up since the withdrawal from Gaza last September. This shows that the Israelis are determined to invade the Gaza Strip within hours [if three conditions are not met]: firstly, if the kidnapped Israeli is not released; secondly, if the firing of Qassam missiles into Israeli territories does not cease; and thirdly, [if] the terrorist infrastructure is not dismantled.

    "If this invasion materializes, then this time, a new reality will be created in the Gaza Strip in which all talk about 'back to square one' will be nothing but wild optimism - since the [situation] will regress [far beyond that], to a level where it is possible to talk of a plan of deportation and demographic change in Gaza, and this [plan] might even be implemented soon. This will turn the Palestinian dream of an independent state into a thing of the past..."


    "What [The Palestinian Masses] Need Most is Food, Medicine, Clothing... Not Explosive Belts, Car Bombs, and the Slogan, 'Congratulations, Oh Martyr, the Black-Eyed Virgin Awaits You'"

    "The main mistake lies in the fact that the Palestinian organizations did not respond correctly to the Israeli withdrawal from Gaza... and its consequences. Instead of beating their swords into plowshares, pens, and other things that are needed for the development of Palestinian society - in terms of the economy, society, culture, and so on - most of them read the developments incorrectly and immaturely. This was exploited by the terrorist networks, that are funded and run by the regimes of the ayatollahs in Tehran and the Ba'th [party] in Syria, and [people] have been taken in by delusions and empty slogans like 'liberation from the river to the sea' [that are heard] among the poor, hungry, and desperate Palestinian masses. At present, what [these masses] need most is food, medicines, clothing, and other essentials - not explosive belts, car bombs, and the slogan, 'Congratulations, oh Martyr, the black-eyed virgin awaits you.'"



    --------------------------------------------------------------------------------

     
  • At 7/11/06, 8:44 AM, Blogger Oleh Yahshan said…

    Interesting Blog you have here - and very interesting comments as well.
    It is good to see that there are other voices on the other sides of the borders. It gives hope here that one day there might be peace between our 2 countries -
    Actually in your opinion - do you think that Peace between Lebanon and Israel is possible in the near Future??

     
  • At 7/11/06, 12:24 PM, Anonymous Anonymous said…

    Visite du Premier ministre libanais en Iran 9.07.2006



    Iran Focus, Téhéran, 9 juillet – Le Premier ministre libanais, Fouad Siniora, va bientôt se rendre à Téhéran afin de mener des pourparlers avec les dirigeants iraniens, ont annoncé dimanche les quotidiens gouvernementaux.

    Selon la presse, Siniora devrait annoncer prochainement le programme de sa visite qui a lieu à la demande des hauts responsables du gouvernement iranien.

    Plus tôt ce mois-ci, Siniora avait déclaré que l’Iran devait abandonner son programme nucléaire dans l’intérêt de la paix au Moyen-Orient.

    Les Etats-Unis accusent Téhéran de soutenir des groupes rebelles opérant au Liban dans le but de déstabiliser le Moyen-Orient.

    L’Iran et la Syrie, deux alliés régionaux, sont tous deux considérés par l’Amérique comme des Etats soutenant le terrorisme.

     
  • At 7/13/06, 8:05 AM, Anonymous Anonymous said…

    Is Nasrallah the ruler of Lebanon.
    He is the one who declares war regardless of the reconstructuion of Lebanon. How sad!

    IDF: If Hadera is hit we'll destroy Beirut buildings



    Senior IDF officer conveys harsh message to Hizbullah, says 'even if they have thousands of rockets, we have many more.' Residents of Beirut's al-Dahiya neighborhood, where Nasrallah lives, warned of upcoming strike. New policy set along border: Any gunmen within 1 kilometer of border will be hit


    The Israel Defense Forces has imposed a full aerial, ground and naval closure on Lebanon, a senior IDF officer said Thursday. According to the officer, the forces are prepared for extended fighting in a bid "to halt the terror activity and hit Hizbullah."


    Commentary

    Time for new rules
    Prof. Itamar Rabinovich, expert on Lebanon and Syria: Nasrallah not a regional leader, Olmert and Peretz must draw red lines




    The IDF was not deterred by dealing with two fronts – the Lebanese and the Gazan – simultaneously, especially "where there is a clear ideological connection between the two," according to the senior officer.



    The army has already began calling reserves of pilots and rescue personnel, and an entire reserves division is set to go up north soon.



    And what about the threat of long-range rockets, which are threatening population centers inside Israel?




    "Even if they have thousands, we have at least 10 times more," the officer clarified. "If they attack Haifa and Hadera, it will constitute a reason to severely damage Lebanese infrastructures, including Hizbullah's 20-story buildings inside Beirut."



    Two-front war - special Ynetnews coverage



    Following a night with many air strikes, the Israel Air Force is expected to expand its operation in all the Lebanese territory, and to particularly attack Hizbullah targets. A senior officer spoke about a message conveyed to residents living near terrorists and headquarters of the Shiite organization, according to which they had better leave the area or they might be hurt.




    "Our target is the Lebanese state, and simultaneously we seek to hit terror organizations, with an emphasis on Hizbullah. We are preparing for a long battle and the current round will not end in a short while, as has happened since IDF soldiers left Lebanon," the officer said.




    The officer told Ynet that in the past day dozens of rocket sites were struck, some of them in homes that were used as storerooms by Hizbullah terrorists. The hits were in the southern and central parts of Lebanon, about 5 to 20 kilometers (3.1 to 12.4 miles) inside the Lebanese territory.




    Beirut's international airport was also hit, "and we plan to hit further central sites and routes. We will also hit any unauthorized vessel from the sea."



    Is Nasrallah a target?



    Up to now the Lebanese have suffered damages estimated at millions of US dollars. According to the senior officer, there is no plan to chase Hizbullah on the ground, but to severely hit the organization's facilities and infrastructures in Lebanon.




    A special center of the operation is expected to be in the al-Dahiya neighborhood in Beirut, where Nasrallah has established "a state inside a state," and where he also lives with his family.




    IDF officials refused to say whether Nasrallah himself is being targeted, and settled for a general statement about "an operation against all terrorists wherever they are." Leaflets distributed in the neighborhood called on the residents to leave the area ahead of a possible strike.



    And while the war in the north expanded to the entire region, claiming lives, the Home Front Command did not take any chances and warned Israelis not to approach the border area.




    "We are fighting for our home and the way it will look in the future. We have to be able to absorb in the short run in order to guarantee the future," said Home Front Command Chief Major-General Yitzhak Gershon said.



    In the meantime, the Air Force already flew over Lebanon several times.


    Brigadier-General Amir Eshel told Ynet: "We are operating now on two fronts – both in the Gaza Strip and on the northern border – with many squadrons."



    According to Eshel, the battle will not end in "one swoop," but will last for a while. He noted that the Air Force was aware of the ability and willingness of terror organizations to hit warplanes, and has prepared accordingly.



    Further development:




    The IDF's operation inside Lebanon continued. An al-Jazeera correspondent reported of 50 people killed in strikes, according to Lebanese sources. Many residents have left for the north, leaving behind them ghost cities.



    Among the targets bombed from the air was also a bridge connecting the city of Sidon with the other parts of Lebanon. Defense Minister Amir Peretz said that other parts of the Beirut-Damascus road may also be damaged later on.



    IDF soldiers accompanied by members of the Military Rabbinate continued their efforts to locate the body parts of the soldiers who were killed when their tank drove over a bomb in south Lebanon. The body of one of the troops was located Thursday afternoon.


    According to the al-Jazeera television station, the Hizbullah terrorist
    organization warned that if Israel dares to attack Beirut or the city's
    southern suburbs, it would attack Haifa.

    "If Beirut or its suburbs will sustain Israeli attacks, we will attack
    Haifa," said a statement issued by the organization.

    The IDF carried out an aerial attack against Hezbollah's Al Manar broadcast
    station in Beirut over the night, in accordance with the decision of the
    political echelon to operate to protect the citizens of Israel against
    attacks emanating from Lebanese territory.

    The Al Manar station has for many years served as the main tool for
    propaganda and incitement by Hezbollah, and has also helped the organization
    recruit people into its ranks. Hezbollah operates undisturbed from within
    Lebanon, and constitutes a severe terror threat to the people of Israel and
    to IDF soldiers, as was proved in yesterday's attack.

    The IDF will continue to use all means at its disposal in order to protect
    the citizens of Israel and return the abducted IDF soldiers to their homes.

    The Lebanese government is openly violating the decisions of the UN Security
    Council by doing nothing to remove the Hezbollah threat on the Labenese
    border, and is therefore fully responsible for the current aggression.

    The Hezbollah terror organization holds a large number of rockets hidden in
    different clusters, some adjacent to densely populated areas. In order to
    remove the threat facing the citizens in northern and central Israel, the
    IDF is attacking these rockets storage facilities.

    The kinapped soldiers were hidden in a Shiaite Mosque. That is what mosques are for? Abuse of places of worship? They were transported by Taxi now all taxis will become legitimate targets.


    Thursday, July 13, 2006
    Excerpts: Coordination between Hizbullah and militant Palestinian groups.Dirty Amman - due consruction for million immigrants 13 July 2006

    Excerpts: Coordination between Hizbullah and militant Palestinian
    groups.Dirty Amman - due consruction for million immigrants 13 July 2006
    +++THE DAILY STAR (Lebanon) 13 July '06:"The price of taking a bullet for
    Palestine"
    By Michael Young, Opinion Editor
    QUOTE FROM TEXT:
    "the growing boldness of Hizbulah and Hamas, backed by Syria and Iran"

    "Forever protesting its innocence, Syria is at the heart of a network of
    destabilizing elements in the Middle East."

    Hizbullah's kidnapping of two Israeli soldiers on Wednesday was a worrying
    escalation in the party's conflict with Israel. It signaled growing
    coordination between Hizbullah and its comrades in the militant Palestinian
    groups, particularly Hamas. Whether Hizbullah can persuade Southern Shiites
    to again become Palestinian cannon fodder remains to be seen; however, the
    growing boldness of Hizbullah and Hamas, backed by Syria and Iran, suggests
    that more violence lies ahead.
    Several days ago, naive souls suggested that Khaled Meshaal, the senior
    Hamas official in exile, had been asked to leave Damascus. Analysts recalled
    how Kurdish Workers Party leader Abdullah Ocalan had been hurriedly expelled
    from Syria in 1998 because the Turkish Army was massing on the Syrian
    border. Things are different today, with no foreign armies at Bashar Assad's
    throat. Not surprisingly, Meshaal appeared defiant on Monday at a news
    conference in the Syrian capital.
    Meshaal again showed how much he would like to turn Hamas into Hizbullah. He
    declared that Israeli soldier Gilad Shalit would only be released in
    exchange for Palestinian prisoners, an approach similar to the one followed
    by Hizbullah in Southern Lebanon in the past. The Syrians approve of this,
    as does Hizbullah's secretary general, Sayyed Hassan Nasrallah. However, can
    Hamas afford Meshaal's ambitions? But, first, can Syria?
    Forever protesting its innocence, Syria is at the heart of a network of
    destabilizing developments in the Middle East. The Syrian regime hosts
    Meshaal, arms Hizbullah, ferries combatants into Iraq (even if this is more
    controlled today than it was), irks the Jordanians, and tries to undercut
    Lebanese sovereignty. For Assad, exporting instability is compulsory in
    order to impose domestic quietude. An illegitimate regime like his needs
    outside volatility to justify repression at home, to keep Syria's regional
    opponents, or potential opponents, off balance, and to generate political
    polarization that displaces popular Syrian frustration elsewhere - in the
    latest episode against Israel's brutal reoccupation of Gaza.
    After feeling Arab and international heat following the killing of the
    former Lebanese prime minister, Rafik Hariri, Syria seems to have
    momentarily weathered the storm. The only cloud on the horizon is the
    Brammertz investigation, but its results won't be known until next year,
    giving Assad more breathing space than he could have anticipated a year ago.
    However, as one Syrian dissident put it, when the regime feels comfortable,
    it makes stupid mistakes. It may well on that course now.
    Propped up by ambient instability, Syria will one day fall into the
    cauldron. The Saudis and Egyptians are no closer to pushing for Assad's
    removal, fearing what this might mean for them. The Bush administration
    would like to see the Syrian leader ousted, but doesn't have a plan and is
    worried about who may replace him. However, there is a misconception that
    Syria can indefinitely enforce the status quo. At some stage, Assad is
    likely to be devoured by the dangerous forces he has manipulated to
    consolidate his regime, but over which he has little real authority.
    For example, can Assad long resist the Islamist genie he has called forth in
    recent years, and which his despotism only strengthens? There are those like
    Egyptian President Hosni Mubarak who believe that Assad is the last barrier
    holding back the Islamists. But Assad's fragility is also why Syria's
    Islamists have become stronger at home and are likely to again confront the
    Alawite-led leadership when the situation permits. Assad may need the
    Islamists now, but one day they won't need him.
    Faced with such questions, Assad appears to have an implicit friend in
    Israel. The Israelis recently flew jets over his residence, but won't do
    what the Turks did because of Ocalan. Israel subscribes to the same
    rationale as Mubarak: It's either Assad or the Islamists. The government of
    Prime Minister Ehud Olmert can also see that, everything staying constant,
    Syria is agreeably isolated. And there is another advantage: For as long as
    Meshaal and those in Hamas sharing his goals undermine the Palestinian
    Authority, Israel will be able to pursue its unilateral disengagement from
    the West Bank while arguing there is no interlocutor on the other side.
    The difficulty, as Gaza is proving, is that disengagement is futile if the
    Palestinians decide to drag Israel back into the fray. Unilateral withdrawal
    was never going to bring the Israelis peace, and there are now voices in
    Olmert's Kadima Party questioning the strategy. However, Syria should be
    careful. If the Israelis adopt a new approach, they may reassess whether
    Assad's remaining in power is really in their best interest - a view which
    would have definite repercussions in Washington.
    What about Hamas, can it afford Meshaal's militant ambitions? There is
    speculation the movement is divided. One American commentator, University of
    Michigan professor Juan Cole, offered this reading of Shalit's kidnapping in
    "Salon": "One of the three guerrilla groups behind the attack was a splinter
    group from Hamas, but it is probably loyal to militant Hamas dissident
    Khaled Meshaal, in exile in Damascus, who rejects the civilian Hamas Party's
    willingness to adopt [Palestinian President Mahmoud] Abbas' formula for
    negotiating with Israel."
    While there are indeed various currents in Hamas, the description of Meshaal
    as a "dissident" is laughable. It was not as a dissident that he set down
    conditions for Shalit's release earlier this week, but as someone trying to
    advance his agenda in a movement otherwise united when facing Israel.
    Meshaal's condition, that the Israeli soldier will only be released in a
    package deal, was no different than what Hamas leaders in the West Bank and
    Gaza have been asking for. In fact the Palestinian public seems to endorse
    such an arrangement, too.
    There is just one problem. Hamas cannot replicate Hizbullah's strategy of
    exchanging Israeli prisoners and Palestinians, because well over a million
    Palestinians remain Israeli prisoners. If you want a more dismally eloquent
    statistic than determining how many Palestinians can be swapped for so many
    Israelis, here it is: How much more money do the Palestinians lose for every
    day that Gilad Shalit languishes in a Hamas hideout? That's not the kind of
    math that Hassan Nasrallah has ever had to deal with.

     
  • At 7/13/06, 8:08 AM, Anonymous Anonymous said…

    US: Lebanese ambassador sent home



    In CNN interview, Farid Abboud supports Hizbullah's stance, which contradicts Lebanese government's official stance. Lebanese PM enraged by remarks, orders ambassador to return home
    Yitzhak Benhorin



    WASHINGTON – Lebanon's Ambassador to the United States Farid Abboud was called to return to Beirut on Thursday after supporting Hizbullah's stance and activities, which contradict the Lebanese government's official stance, in a television interview.



    Two-front war - special Ynetnews coverage



    In the controversial CNN interview, Ambassador Abboud said: "We did not declare war. It was declared against us when our country was occupied by the Israelis, with prisoners taken from Lebanon into Israel, and with Palestinian prisoners pushed into Lebanon's territory. We did not occupy Israel and we did not declare war on it."



    "At this stage any solution must be negotiations on Israel's withdrawal from the occupied Lebanese territories and a release of the Lebanese prisoners. We have our prisoners. They have prisoners. An exchange would be appropriate, and I think it will resolve the problem," Abboud added.




    'Lebanese government has nothing to do with Hizbullah'



    Lebanese Prime Minister Fuad Siniora was enraged by the remarks and rushed to call Abboud to return back home, claiming that his remarks express the stance of the Hizbullah organization, which contradict the Lebanese government's official stance. A statement issued by the Lebanese government said that the government in Beirut had nothing to do with Hizbullah's activities on the border.




    Following the events on the northern border, the US ambassador to Beirut and US Secretary of State Condoleezza Rice demanded that the Lebanese prime minister control the situation and work to release the kidnapped Israeli soldiers.




    In the meantime, it appears that Ambassador Abboud will not return to work in Washington. According to estimates, the Americans will not be interested in cooperating with an ambassador who publicly supports the activities of Hizbullah, which is considered a terror organization by the American law.

     
  • At 7/13/06, 8:44 AM, Anonymous Anonymous said…

    U.S. Blames Syria, Iran for Israeli Soldiers kidnappings

    12/07/2006



    ROSTOCK, Germany, AP - The United States blamed Syria and Iran on Wednesday for the kidnapping of two Israeli soldiers by Hezbollah militants and the ensuing violence. The White House called for the immediate and unconditional release of the two soldiers.

    "We condemn in the strongest terms Hezbollah's unprovoked attack on Israel and the kidnapping of the two Israeli soldiers," National Security Council spokesman Frederick Jones said as President Bush flew here for a visit. He said Hezbollah had also launched rocket attacks on civilian targets in Israel as part of its offensive.

    "This is a terrorist attack and it is clearly timed to exacerbate already high tensions in the region and sow further violence," Jones said.

     
  • At 7/13/06, 8:47 AM, Anonymous Anonymous said…

    Les iraniens ont montré une présence accrue dans le Sud Liban, en particulier les éléments du renseignement et les cadres des forces révolutionnaires
    La mise en place de systèmes électroniques d’écoutes et de guerre électronique

    J’ai prétendu que l’enlèvement de Gilad Shalit avait une odeur de Hezb. Personne, des spécialistes n’en a parlé, mais je continue à le croire

    Les discours d’Ahmedenijad, qui encore hier et avant-hier a appelé à l’effacement d’Israël

    La visite de Mash’al, il y a peu, en Iran ainsi que celle d’E-Zahar, ministre des AE du Hamas


    Les intérêts iraniens rencontrent les intérêts locaux du Hamas et du Hezbollah, qui ont besoin de l’argent, l’armement et l’encadrement iranien

    Intérêts du Hamas

    La conférence de presse donnée par Masha’al, le leader du Hamas-Extérieur,à Damas, se résume cette phrase qu’il a lui-même prononcée : « c’est moi qui commande ! » . C’est en effet Mash’al qui a commandité, organisé et mis sur pied l’enlèvement de Gilad Shalit. Le Hamas –Armé ne prend pas ses ordres chez les politiques et marionnettes du Hamas-Politique, mais bien de Mash’al. Ce dernier a même réussi à exclure Hanyé et les autres ministres de l’AP des institutions du Hamas-Politique. Un pas et une réorganisation qui lui permettent 1- de gouverner le Hamas dans la ligne qu’il s’est fixée 2- de séparer le Hamas du gouvernement Hamas. Le résultat est la poursuite de la violence et du terrorisme sans engager le gouvernement Hamas.


    Intérêts du Hezbollah

    La conférence de presse donnée hier soir par Nasralla, leader du Hezbollah, peut elle aussi se résumer à la même phrase qu’il n’a pas prononcée : « c’est moi qui commande ! » En effet les conditions qu’il a mis pour libérer les soldats enlevés sont telles que 1- Nasralla « commande » une réaction israélienne au moment que lui-même a choisi 2- Il commande au gouvernement libanais de ne pas interferer. Les intérêts de Nasralla et sa puissance sont mises à mal depuis au moins l’assassinat de Harriri et le retrait syrien du Liban, accompagnés des exigences de l’ONU (décision1559), des Chrétiens et récemment des Druzes du désarmement du Hezbollah. L’occupation israélienne n’étant plus depuis 6 ans, la « Résistance » n’a plus de raison d’exister ! En faisant entrer les forces israéliennes au Liban, la « Résistance » retrouve sa raison d’exister !

     
  • At 7/13/06, 8:55 AM, Anonymous Delbarre said…

    "Quelle est la portée de l'opération du Hezbollah ?" demande An-Nahar dans un éditorial. "Au-delà de l'échange de prisonniers revendiqué par le Hezbollah et clairement expliqué dans le discours tenu après l'opération par son chef Hassan Nasrallah, qui a également souligné que les derniers développements offraient à Israël 'une porte de sortie' pour libérer le soldat israélien retenu à Gaza par des activistes palestiniens affiliés au Hamas, le raid du Hezbollah a certainement une portée régionale", estime le journal.

    En effet, poursuit l'éditorialiste, l'enlèvement de deux soldats israéliens par le mouvement chiite libanais est "une illustration de l'alliance régionale qui se traduit par un axe Téhéran-Gaza en passant par la Syrie et le Liban. L'Iran a plus d'une fois prévenu l'Occident que toute confrontation avec ce pays serait nécessairement globale. L'opération du Hezbollah donne un aspect concret à ces déclarations."

    "L'objectif serait de soulager les Palestiniens en ouvrant un nouveau front pour l'armée israélienne", commente un autre éditorialiste dans le même journal. "Ce raid peut également être interprété comme une réponse aux pressions internationales exercées sur la Syrie et sur l'Iran." Après avoir détaillé ses interprétations, l'auteur souligne que "toutefois, pour les Libanais une conclusion s'impose. Après avoir espéré un avenir meilleur dans le sillage du dialogue national entamé dans leur pays par les dirigeants politiques de tous bords, force est pour eux de constater que l'Etat libanais accusé par Israël d'être responsable de l'attaque du Hezbollah, n'existe pas." Par ailleurs, "la saison touristique tant attendue n'aura été qu'un rêve d'une nuit d'été" libanaise.

    __________________________________-

    12 juillet 2006 / 13 h 40
    Pour complaire à ses maîtres de Damas et de Téhéran, le Hezbollah vient de signer malgré lui sa rupture avec les Libanais
    Par Marwan Haddad






    Dans ce café du centre ville de Beyrouth, le personnel, essentiellement musulman sunnite et chrétien, est effondré. Le propriétaire, lui, vitupère debout, en pleine rue. Il insulte : le Hezbollah d'abord, la Syrie ensuite. Ses voisins, et même des passants, hochent la tête avant de se lancer dans une surenchère. « La mariée était trop belle, la saison touristique s'annonçait flamboyante. C'en était trop pour ces c… de Syriens. Un coup de fil de Damas au Hezbollah, l'affaire a été dans le sac ». Les garçons de café se sont assis, silencieux, autour des tables désertées. Depuis janvier dernier, ils sont au régime « pain sec » : un demi-salaire par mois. Ils attendaient l'affluence estivale. « Grâce au Hezbollah, c'est fini pour cette fois… ».

    Dans un quartier industriel de la banlieue nord chrétienne de Beyrouth, ouvriers et patrons ont lâché leurs outils pour se masser autour des écrans de télévision. Dans ce garage de réparation de poids lourds, le patron tient la télécommande. Il zappe sur al-Manar, la télévision du Hezbollah : les chansons guerrières à la gloire de la « résistance nationale » ont pris la place des programmes habituels. La rage sourde parmi les téléspectateurs. Un routier, sunnite, tape violemment du poing sur l'établi, faisant voler tous les outils : « C'est la résistance chiite. Ils n'ont rien de national ». Les insultes fusent encore, à l'adresse du Hezbollah, à l'adresse de la Syrie, puis, au bout de quelques minutes, à l'adresse du général Michel Aoun, l'allié chrétien du Hezbollah et de la Syrie au Liban. « Quel besoin avaient-ils d'ouvrir le feu sur un blindé israélien ? », s'énerve le sunnite. « Le pire, se sont les deux soldats israéliens pris en otage, se lamente un passant chrétien. Israël va bombarder, et Israël aura bien raison. Gaza a été détruite pour un seul otage. Le Hezb ne pouvait pas faire moins que d'en rafler deux d'un coup… ».

    Sur une autre chaîne télévisée libanaise, la NBN de Nabih Berri, le président chiite du Parlement (et chef du parti Amal), diffuse en continu les images des destructions infligées par les bombardements de l'Armée israélienne au Liban-Sud. Gros plan sur un mort hezbollahi, dont la tête a été arrachée par un obus. La solidarité chiite est totale. « Que le diable l'emporte », marmonne le patron à l'adresse du cadavre. À ce moment exact, le propriétaire d'une boutique voisine arrive, un drapeau orange, la couleur des partisans aounistes, chiffonné entre ses mains. Il le jette par terre, l'écrase. Fond en larmes, comme un enfant. Un apprenti se saisit du tissu, le plonge dans un bidon d'huile usée, le ressort noirâtre. « Voilà, c'est fini ».
    Le tchador orange en alternance avec le tchador noir

    À cet instant précis, le général Aoun, qui s'enorgueillit de son alliance avec le Hezbollah, vient de perdre l'un de ses ultimes partisans chrétiens. Un éclat de rire jaillit de l'arrière du garage : « Laissons cette couleur au Hezbollah, ça le rafraîchira ». Mais il faut être Libanais pour comprendre cette boutade. Être Libanais et circuler dans les quartiers hezbollahis où, depuis quelques mois, une nouvelle mode a vu le jour : le tchador orange que portent certaines militantes, en alternance avec le tchador noir, pour saluer l'alliance de leur mouvement intégriste avec la « révolution orange » aouniste.

    Ceci dit, au Liban, hormis les militants du Hezbollah, personne ne parvient à comprendre le geste de folie de la milice chiite, qualifié dans un communiqué de « cadeau à Samir Kantar », le plus ancien détenu libanais dans les prisons israéliennes. Dans la banlieue sud de Beyrouth, les miliciens hezbollahis paradent sur leurs jeeps militaires, en promettant « la libération de tous les détenus Libanais et Palestiniens en Israël ». Les habitants de cette banlieue se terrent chez eux, visiblement catastrophés. Portes closes, fenêtres fermées, l'un d'eux, originaire du Liban-Sud, se confie : « Aux législatives, nous avons voté pour le Hezbollah en espérant qu'il nous protègerait des Palestiniens. Résultat ? Une fois de plus, ma famille est obligée de fuir son village. Je les attends, ils doivent arriver d'une minute à l'autre. Je les installe chez moi ». Quant aux cousins qui arrivaient du Nigeria, ils ont déjà passé un coup de fil : ils annulent leurs vacances au Liban-Sud.

    Mardi, le Hezbollah avait foulé du pied le pacte conclu avec les autres parties libanaises pour garantir une « trêve estivale » : balayant ses promesses, il annonçait l'organisation, le 13 juillet, d'une manifestation de soutien aux Palestiniens de Gaza et d'hommage « à la lutte et à la résistance du peuple palestinien ». La veille, des sources diplomatiques en poste au Liban avaient mis en garde contre d'éventuels troubles à la frontière libano-israélienne. Les Libanais s'en étaient amusés : « En pleine saison touristique, le Hezbollah ne bronchera pas », affirmaient-ils en chœur. Aujourd'hui, par son geste, le Hezbollah a enfin mis les cartes sur la table. Mais, pour complaire à ses maîtres de Damas et de Téhéran, le « Parti de Dieu » vient de signer sa rupture avec le Liban. Le 25 juillet doit se tenir le dernier round du « dialogue national » réunissant les chefs de tous les partis libanais. « Ce sera vraiment le dernier round. Désormais, nous n'avons plus rien à nous dire », souligne cet observateur.

    À l'heure où nous écrivons ces lignes, la marine de guerre israélienne se masse le long des côtes libanaises, tandis que les blindés de Tsahal poursuivent leur avancée à l'intérieur du territoire libanais, à la recherche des deux otages enlevés par le Hezbollah. La suite ? Les Libanais la supputent : des bombardements israéliens sur les infrastructures libanaises. Le désarroi se lit dans tous les regards : « Mais pourquoi le gouvernement n'a-t-il pas désarmé le Hezbollah par la force ? Pourquoi s'est-il acharné à prôner le dialogue avec un mouvement qui, de toute évidence, n'entendait pas dialoguer ? Nous n'en serions pas là aujourd'hui… ».



    Copyright proche-orient.info.

     
  • At 7/13/06, 9:11 AM, Anonymous Delbarre said…

    Farid Abboud

    Ambassadeuir du Hizbullah ou un léche-cul lache?


    L’ambassadeur libanais aux Etats-Unis Farid Abboud a été prié de rentrer à Beyrouth après avoir soutenu lors d’une interview télévisée la position et les activités du Hezbollah, en contradiction avec la position officielle du gouvernement.

    Au cours de l’interview controversée diffusée par la chaîne de télévision CNN, l’ambassadeur Abboud a déclaré : « Nous n’avons pas déclaré la guerre. Elle a été déclarée contre nous lorsque notre pays était occupé par les Israéliens, et que des prisonniers ont été emmenés du Liban en Israël, et des prisonniers palestiniens introduits en territoire libanais. Nous n’avons pas occupé Israël et ne leur avons pas déclaré la guerre. »

    « A ce stade, nous devons négocier avec Israël le retrait de ses troupes du territoire libanais, et une libération des prisonniers libanais. Nous avons nos prisonniers. Ils ont des prisonniers. Un échange serait approprié, et je pense que cela pourra résoudre le problème”, a ajouté Abboud.

    Le Premier ministre libanais Fuad Siniora, furieux des propos tenus par Abboud, lui a demandé de rentrer immédiatement à Beyrouth, prétendant que ses remarques reflétaient la position du Hezbollah qui est en opposition avec la position officielle du gouvernement libanais. Un communiqué officiel stipulait que le gouvernement de Beyrouth n’était pas impliqué dans les activités du Hezbollah à la frontière.

    A la lumière des événements à la frontière Nord, l’ambassadeur américain à Beyrouth et la secrétaire d’Etat américaine Condoleeza Rice ont demandé au Premier ministre libanais de prendre le contrôle de la situation et d’œuvrer afin de relâcher les soldats israéliens kidnappés.

    Pour l’instant l’ambassadeur Abboud ne doit pas reprendre son poste à Washington. Les Américains seraient en effet peu enclins à coopérer avec un ambassadeur qui soutient publiquement les activités du Hezbollah, qui est considéré aux yeux de la loi américaine comme une organisation terroriste.

     
  • At 7/13/06, 9:18 AM, Anonymous Anonymous said…

    Who needs this stupid war in the first place???The Hizbullah will fight to the last Lebanese!


    Lebanese army: Hizbullah has a right to resist Israeli aggression






    According to Qatar news station al-Jazeera, the Lebanese army issued a statement expressing its support of "Hizbullah's right to resist Israeli aggression."

     
  • At 7/13/06, 9:20 AM, Anonymous Anonymous said…

    13-7-06
    L'aviation israélienne a bombardée cette nuit l'aéroport de Beyrouth. Ce matin les cibles étaient les bureaux de la chaîne TV et le quartier général du Hezbollah.

    Le préparations de l'aviation, sur cette page, le film vidéo.

    En contre-partie le Hezbollah a tiré des roquettes katioucha sur differentes villes de la frontière. A Naharya, au bord de la mer, une femme a été tuée et 18 personnes ont été blessées. Pour la première fois Rosh-Pina et son terrain d'aviation ont été ciblés: cela montre l'usage de roquettes de portée de plus de 10 kms.

     
  • At 7/13/06, 9:24 AM, Anonymous Delbarre said…

    Le Nain Toxico pederaste de Teheran a t il officiellement réagi?

     
  • At 7/13/06, 9:29 AM, Anonymous Jim said…

    A "gloves off" policy to decapitate Hizbullah could paralyze this terrorist organization for several years. This would clearly signal Israel's determination to deal with terrorist threats and with Iranian proxies.

    A further expansion of goals concerns Syria - the channel for Iranian support to Hizbullah. Damascus still hosts the headquarters of Hamas and Islamic Jihad, despite promising the Americans a few years ago to close their offices.

     
  • At 7/13/06, 11:00 AM, Anonymous Delbarre said…

    C'est un inquiétant bruit de bottes qui sourde du Liban, aux premiers jours de la « trêve estivale » officieusement décrétée pour ne pas perturber la saison touristique. Certes, par la grâce de cette « trêve », le Hezbollah a promis juré de maintenir le calme dans le secteur des fermes de Chebaa, et même d'empêcher les groupuscules palestiniens d'accéder à la frontière israélo-libanaise et de lancer des roquettes sur la Galilée. Au nom de cette même sacro-sainte « trêve estivale », et alors que la majorité des pays arabes et islamiques ont organisé des manifestations de soutien aux Palestiniens de Gaza, aucun rassemblement de la sorte n'a, pour l'heure, été programmé dans le pays, en-dehors des camps palestiniens.

    Mais, tandis que les vols en direction de Beyrouth sont engorgés, et que les plages et les terrasses des cafés connaissent une belle affluence, un étrange ballet se déroule le long de la frontière libano-syrienne. Les habitants sont nombreux à se plaindre, depuis quelques mois déjà, de ces camions qui franchissent des sentiers non balisés, transportant des armes et des munitions. Les forces de sécurité, en nombre insuffisant, ont interpellé quelques trafiquants mineurs, des accrochages ont causé quelques victimes, mais les dossiers sont classés top-secrets. À cause, dit-on, de la fameuse trêve estivale…

    Le 6 juillet, sur une chaîne de radio locale proche des Forces Libanaises, la Voix du Liban Libre, le président du syndicat des établissements touristiques et hôteliers crevait l'abcès : oui, a-t-il dit, des armes franchissent la frontière, en quantité. Elles sont destinées, a-t-il ajouté, « aux groupes palestiniens et à d'autres, proches de la Syrie », désignant ainsi, sans toutefois les nommer, d'abord le Hezbollah, mais aussi les autres affidés du régime de Damas : druzes proches de Talal Arslan, intégristes islamistes sunnites, probablement aussi des chrétiens supporters de Sleiman Frangié.


    La Syrie ne peut pas se permettre d'abandonner le Liban, sous peine de voire le régime de Damas s'écrouler


    Ces armes sont-elles destinées à libérer les fermes de Chebaa, voire à attaquer Israël ? La question fait ricaner cet observateur de la scène libanaise, un temps tenté par la politique dont il s'est ensuite détourné « par dégoût » : « La Syrie, dit-il, ne peut pas se permettre d'abandonner le Liban, sous peine de voire le régime de Damas s'écrouler. Celui-ci a survécu des années grâce au pillage systématique du Liban, dont les dividendes étaient reversés aux officiers supérieurs et aux hauts responsables baasistes. Bachar Assad a besoin de revenir au Liban, il a besoin de l'argent du Liban. Et, pour cela, il a d'abord besoin de susciter des troubles, peut-être une guerre, et de se poser ensuite en ultime recours. Un simple feu vert américain, en échange de concessions en Irak ou en Palestine lui permettraient alors de ramener ses troupes au pays des Cèdres ». Surtout s'il s'en sort par une pirouette, devenue chez lui habituelle : attribuer les troupes à al-Qaïda.

    Un tableau noir ? Ils sont pourtant nombreux à partager ce point de vue. Et cela à l'heure où le débat national sur le désarmement du Hezbollah a été gelé – toutes les discussions sur les sujets qui fâchent ont d'ailleurs été reportées jusqu'à la fin de l'été et ne figureront pas au menu du dernier round du « dialogue national », prévu pour le 25 juillet.

    Pendant ce temps, le Hezbollah n'a pas la victoire modeste. Et c'est au quotidien que ses responsables se livrent à une surenchère de discours à la gloire des « armes de la résistance ». Les occasions de discourir ne manquent pas : le « parti de Dieu » a en effet décidé de multiplier les cérémonies en hommage aux « martyrs de la résistance » dans toutes les bourgades du Liban Sud et de la Bekaa, ses deux zones d'influence. Dimanche 2 juillet, commémorant les « martyrs de la région de Khiam », au Liban Sud, le numéro 2 du mouvement, cheikh Naïm Kassem, a annoncé tout sourire que « les choses resteront en l'état » en attendant que les Libanais se mettent d'accord sur « une stratégie de défense commune »… de laquelle le Hezbollah persiste à écarter l'Armée libanaise.
    Les parlementaires hezbollahis haussent eux aussi la voix : comment rendre les armes et continuer à défendre le Liban ?, s'interrogeait cette semaine Mohammed Raëd. Quant à al-Manar, la chaîne télévisée du mouvement, elle consacre une émission hebdomadaire (« Hommes de parole ») à un dithyrambique hommage aux « martyrs de la résistance islamique dans leur lutte héroïque contre les forces de l'occupation ».

    Le gouvernement libanais semble, lui, dans la position de celui qui veut vider l'océan avec une petite cuillère. Attaqué avec une hargne peu commune par le Hezbollah et par le général Michel Aoun et ses alliés (les deux principaux pôles proches de la Syrie), il tente tant bien que mal de faire face aux échéances, d'abord économiques et ensuite politiques, misant sur le dialogue national alors que celui-ci a, de toute évidence, définitivement échoué.

    Des États-Unis, où il effectue une tournée pastorale, le patriarche maronite Nasrallah Sfeir ne cesse de dire son inquiétude au sujet de ces armes qui s'accumulent au Liban. En particulier celles du Hezbollah : « Personne n'acceptera plus que (le Hezbollah) conserve ses armes, car tout le monde doit être égal devant la loi », déclarait-il le 2 juillet à Saint-Louis, au Missouri. (…) Dans la pratique, il est difficile de désarmer le Hezbollah parce que la Syrie et l'Iran se tiennent derrière lui ». Le 4 juillet, de Chicago cette fois, Mgr Sfeir insistait : « Cette situation d'inégalité est contraire à la Constitution ».

    Le leader druze Walid Joumblatt multiplie lui aussi les mises en garde contre les intentions du président syrien Bachar Assad de « transformer le Liban en un second Irak ». À plusieurs reprises, il a réitéré son accord avec le patriarche Sfeir au sujet des armes du Hezbollah et de celles qui sont entre les mains des groupes palestiniens installés au Liban. Des discours applaudis par une large majorité de Libanais. Applaudissement dérisoires, dans la mesure où la grande interrogation demeure sans réponse : pourquoi les grandes capitales, en particulier Washington et Paris, pourtant très présentes sur la scène libanaise, n'ont-elles imposé aucune mesure concrète pour pousser le Hezbollah à rendre les armes, comme elles avaient contraint l'armée syrienne à sortir du Liban ?

     
  • At 7/13/06, 11:09 AM, Anonymous jIM said…

    16h45 - Liban Un officier des douanes libanaises indique que plus de 12.000 ressortissants des pays du Golfe ont quitté jeudi le Liban par le seul poste-frontière de Masnaa (est).

     
  • At 7/13/06, 11:15 AM, Anonymous Jim said…

    14h45 - Beyrouth Le Liban est l'otage des ordres donnés par Damas et exécutés par le Hezbollah, affirme le ministre libanais des Télécommunications Marwan Hamadé.

    14h25 - Paris Le chef druze libanais Walid Joumblatt dénonce la "surenchère" du Hezbollah et accuse la Syrie, qui soutient le mouvement chiite, de vouloir "remettre la main" sur le Liban.

     
  • At 7/13/06, 11:22 AM, Anonymous Anonymous said…

    Suite à l’acte de guerre perpétré hier en Israël par le Hezbollah, à partir du territoire libanais, l’Etat hébreu a entrepris une très vaste opération militaire au-delà de sa frontière nord. Huit soldats ont péri dans la vague du guet-apens tendu mercredi par les Fous de Dieu, et deux autres ont été pris en otages par l’organisation intégriste. Celle-ci réclame la libération de milliers de prisonniers sécuritaires arabes comme condition à leur restitution.



    Le général Alain Pellegrini, chef de la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) a, par ailleurs, confirmé que l’agression du Hezbollah avait eu lieu sur le sol israélien et que ses exécutants avaient franchi la frontière internationalement reconnue séparant les deux Etats.



    Afin de permettre aux ravisseurs de gagner la région de Beyrouth, la milice chiite a abondamment bombardé la Galilée, tout le long des 70 kilomètres de ladite frontière, à coups de roquettes et d’obus de mortier. Les forces de Jérusalem ont tout d’abord réagi en pilonnant au canon et par des attaques aériennes toutes les positions du Hezbollah le long du Liban Sud, ainsi que les ponts routiers reliant cette région méridionale au centre du pays des cèdres.



    Le 1er ministre libanais, M. Fouad Siniora, a rapidement proposé, hier soir déjà, un cessez-le-feu à M. Olmert par l’intermédiaire du général français, mais le président du Conseil l’a aussitôt et sèchement rejeté. Peu auparavant, sur le coup des 17 heures, Hassan Nasrallah, le secrétaire du Hezb, avait déjà fait à Israël la même proposition, affirmant qu’il se contentait d’avoir kidnappé les deux soldats mais, ce qui est paradoxal voire cynique, qu’il n’était pas intéressé par une escalade militaire entre les deux pays.

     
  • At 7/13/06, 3:06 PM, Anonymous Delbarre said…

    Iran’s national security adviser Ali Larijani flies to Damascus aboard special military plane Wednesday night as war tension builds up around Hizballah kidnap of 2 Israeli soldiers

    July 13, 2006, 11:46 AM

    Larijani is also Iran’s senior nuclear negotiator. Instead of going back to Teheran to report on the nuclear negotiations he will remain in Damascus for the duration of the crisis in line with the recently Iranian-Syrian mutual defense pact. His presence affirms that an Israeli attack on Syria will be deemed an assault on Iran. It also links the Israeli hostage crisis to Iran’s nuclear standoff with the West.

    The White House released a statement holding Syria and Iran responsible for Hizballah abduction and demanding their immediate and unconditional release.

    The Syrian army has been put on a state of preparedness.

    Military sources add that the Iranian air force, missile units and navy are also on high alert.

    Counter-terror sources report Hizballah acted on orders from Tehran to open a second front against Israel, partly to ease IDF military pressure on the Hamas in the Gaza Strip. This was in response to an appeal Hamas leader Khaled Meshaal made to the Iranian ambassador to Damascus Mohammad Hassan Akhtari Sunday, July 9.

    Iranian sources report Tehran’s rationale as composed of three parts:

    1. Iran shows the flag as a champion and defender of its ally, Hamas.

    2. Sending Hizballah to open a warfront against Israel is the logical tactical complement to its latest order to go into action against American and British forces in southern Iraq.

    3. Tehran hopes to hijack the agenda before the G-8 summit opening in St. Petersberg, Russia on July 15. Instead of discussing Iran’s nuclear case and the situation in Iraq along the lines set by President George W. Bush, the leaders of the industrial nations will be forced to address the Middle East flare-up



    Our sources also report that immediately after Nasrallah’s statement to the media, Hizballah’s leaders went into hiding, their bases were evacuated and their fighting strength transferred to pre-planned places of concealment. Ahead of the abduction, Hizballah ordnance and missile stocks were transferred to the Palestinian Ahmed Jibril’s tunnel system at Naama, 30 km south of Beirut, which was built in the 1980s by East German engineers.

    The Israel navy has long tried to smash this coastal underground fortress from the sea without success.

    Israel began calling up an armored division, air crews and technicians from the reserves Wednesday night. DEBKAfile’s military experts: If Israel’s leaders opt for an anti-Hizballah operation on the lines of Operation Summer Rain against Hamas in the Gaza Strip, the IDF can expect the same measure of success as it has had in recovering Gilead Shalit and ending the Qassam missiles barrage

     
  • At 7/14/06, 1:07 AM, Anonymous Delbarre said…

    Rapport captivité-prix
    13-07-2006
    http://www.lorient-lejour.com.lb/page.aspx?page=article&id=1000060714&pf=1
    L'éditorial de Issa GORAIEB - L'Orient-Le Jour - LIBAN
    On n’a cessé de le dire et de le répéter depuis que contraintes et intrigues régionales ont conduit à faire du Liban, le plus faible pourtant de tous les pays arabes, la principale base d’opérations de guérilla (sinon la seule) contre l’ennemi israélien ; et les commentaires suscités par les graves développements d’hier à la frontière sud n’ont fait que le confirmer, comme s’il en était encore besoin : il n’est rien de plus contradictoire, de plus rigoureusement incompatible que logique révolutionnaire et logique d’État. Leur imposer la cohabitation, c’est seulement noyer le poisson, c’est se moquer du monde et de soi-même.


    Schizophrénies galopantes
    13-07-2006
    http://www.lorient-lejour.com.lb/page.aspx?page=article&id=317649&pf=1
    Élie FAYAD - L'Orient-Le Jour - LIBAN
    L’État, la démocratie, l’économie, la vie au Liban sont une nouvelle fois menacés. Le Hezbollah, en solitaire, fait son œuvre de justicier ; Israël presse un bouton et en l’espace de quelques heures, des infrastructures vitales du pays se retrouvent réduites en cendres.
    Ce ne sont pas seulement deux soldats israéliens qui ont été pris en otages ; c’est le Liban tout entier, sa volonté de vivre, de prospérer, de se construire, d’édifier pacifiquement sa démocratie.
    Le justicier siège au gouvernement et à la table de dialogue. C’est, désormais, une anomalie qui ne peut plus se perpétuer, à aucun prix.
    Car le vrai problème ne réside pas uniquement dans la riposte militaire israélienne, quelle qu’en soit la terrifiante ampleur. Il est bien plus profond. Il touche à l’existence même d’un État libanais constamment défié, de l’intérieur comme de l’extérieur, dans ses prérogatives les plus naturelles et notamment sa souveraineté. Même si l’État hébreu avait décidé de ne pas riposter et de négocier pour récupérer ses soldats, cet aspect du problème pour le Liban serait resté entier.


    L’armée israélienne détruit dix ponts et isole le Liban-Sud du reste du pays
    13-07-2006
    http://www.lorient-lejour.com.lb/page.aspx?page=article&id=317654&pf=1
    L'Orient-Le Jour - LIBAN
    Deux opérations simultanées du Hezbollah provoquent les foudres de l’État hébreu
    Le Hezbollah a capturé hier deux soldats israéliens et huit autres ont été tués à la suite d’une opération destinée, selon sayyed Hassan Nasrallah, à obtenir la libération de détenus libanais en Israël. L’État hébreu a riposté par une série de raids contre le Liban-Sud. Son armée s’est ainsi acharnée contre l’infrastructure libanaise, bombardant les ponts et les artères reliant le Liban-Sud au reste du pays. Dans la nuit d’hier, l’ancien pont de Damour, le pont de Aouali, reliant Saïda à Beyrouth, ainsi que le pont de Dalhamiyé dans l’Iqlim el-Kharroub ont été bombardés, l’armée israélienne voulant ainsi isoler le Sud du reste du Liban. Durant la journée, ce sont notamment les ponts de Zahrani et de Qasmiyé qui ont été touchés par les tirs de l’aviation et de la marine israéliennes.



    Israël attaque des cibles du Hezbollah dans les banlieues sud de Beyrouth

    AP | 14.07.06 | 05:26


    BEYROUTH (AP) -- L'aviation israélienne a continué son offensive au Liban en attaquant tôt vendredi des cibles dans les banlieues sud de Beyrouth, où se situe le quartier général de la branche politique du Hezbollah, selon la police libanaise. Un réservoir de carburant dans une centrale électrique du centre du Liban a également été touché dans la nuit, selon des témoins.
    Des journalistes de l'Associated Press (AP) et des témoins sur place faisaient état d'au moins sept missiles tirés sur la banlieue de Beyrouth. Alors que les avions de chasse israéliens survolaient la capitale libanaise, les ripostes antiaériennes retentissaient dans d'autres banlieues.
    Selon la télévision du Hezbollah, al-Manar, il y avait plusieurs victimes. Les images montraient des pompiers luttant contre de nombreux incendies dans le quartier suite aux frappes israéliennes, dans des rues jonchées de débris.
    Un pont sur une route vers l'aéroport international de Beyrouth qui avait été bombardé à deux reprises la veille a été partiellement détruit.
    Le raid israélien a été confirmé par des responsables de la police libanaise qui se prononçaient sous couvert d'anonymat.
    Des responsables israéliens avaient averti au préalable que la banlieue sud de Beyrouth, quartier densément peuplé et essentiellement chiite, pourrait être visée. Des tracts ont été lâchés dans la soirée appelant la population à se tenir à distance des bureaux du Hezbollah.
    Une cinquantaine de civils ont perdu la vie durant l'offensive israélienne au Liban ces deux derniers jours, riposte à l'enlèvement par le Hezbollah de deux soldats israéliens, mercredi. Les raids ont touché l'aéroport international de Beyrouth à deux reprises, ainsi que l'autoroute reliant la capitale libanaise à Damas, la capitale de la Syrie. Israël imposait donc vendredi un blocus terrestre, aérien et maritime au Liban.
    Un avion israélien a également tiré un missile sur un réservoir de carburant de la station électrique de Jiye, une ville côtière du centre du Liban, à environ 30 kilomètres de Beyrouth, selon des témoins.
    L'attaque a provoqué un important incendie dans le secteur, mais la centrale elle-même n'était pas touchée. AP



    Blocus

    "Israël impose un blocus aérien, maritime et terrestre au Liban jusqu'à nouvel ordre dans le cadre de ses opérations menées pour récupérer ses deux soldats enlevés par le Hezbollah mercredi", a affirmé jeudi la radio militaire en citant des responsables de l'état-major israélien. La marine de guerre israélienne est entrée peu de temps après dans les eaux territoriales libanaises.
    Après la capture de deux de ses soldats, Israël a intensifié son offensive contre le Hezbollah chiite libanais en visant dans la nuit de mercredi à jeudi l'aéroport international de Beyrouth entraînant sa fermeture et bombardant le sud du Liban pour la deuxième journée.
    L'aviation israélienne a par ailleurs détruit jeudi matin un lieu de prière et de rassemblement chiite à Budaï, près de Baalbeck, dans l'est du Liban, a annoncé la police libanaise. Ce lieu de prière et de rassemblement chiite avait servi de permanence au Hezbollah libanais il y a une dizaine d'années.
    Dans le sud du Liban, au moins 22 civils ont été tués dans les raids israéliens de la nuit dont 12 membres d'une même famille du village de Dweir, selon la chaîne LBC.

    Couper le trafic

    Dans les faubourgs de Beyrouth, des obus se sont écrasés sur une piste du seul aéroport international du pays, jeudi peu après 06h00, dans le cadre de l'intervention menée depuis mercredi par Israël contre le Liban. Selon la police, les obus ont frappé les pistes de l'aéroport et la route menant à Beyrouth.
    La radio de l'armée israélienne a rapporté que l'objectif de cette attaque était de couper le trafic aérien en provenance et vers la capitale libanaise.
    Deux avions ont dû être détournés vers Chypre, ont déclaré des employés de l'aéroport. L'aéroport est situé dans la banlieue sud de la capitale libanaise, contrôlée par le Hezbollah.
    Selon la police libanaise, les raids israéliens ont visé dix ponts libanais, qui ont été bombardés à plusieurs reprises. Israël a annoncé la mort de huit de ses militaires, tandis que le Hezbollah a reconnu la mort d'un des siens.

    Roquettes

    De son côté, le Hezbollah a intensifié les tirs de roquettes sur le Nord d'Israël et menacé de frapper Haïfa, en Israël, si Beyrouth était touchée. Une Israélienne a été tuée jeudi matin dans une attaque, selon les services de secours israéliens.
    L'armée israélienne a déclaré qu'elle vérifiait cette information.
    Selon les services de secours, cette femme a été tuée quand une roquette a touché sa maison dans la ville de Nahariya, à quelques kilomètres de la frontière avec le Liban. Selon les secours, cinq autres personnes ont été touchées dans cette attaque de Nahariya.
    Le gouvernement libanais a rejeté la responsabilité de l'enlèvement des deux soldats israéliens et a pris ses distances avec l'opération revendiquée par le Hezbollah. Mais le président libanais Emile Lahoud a renouvelé mercredi soir son appui à la lutte armée du Hezbollah contre Israël et jugé que la politique israélienne "mettait en danger la stabilité" au Proche-Orient.
    Le mouvement chiite libanais fait partie de la vie politique libanaise et deux ministres du gouvernement en sont membres.

    Logique de guerre

    Le Premier ministre israélien Ehoud Olmert a déclaré que l'attaque des militants du Hezbollah constituait un "acte de guerre". Il a averti que la riposte à ces attaques depuis le Liban sera "très douloureuse" si son cabinet approuve de nouvelles actions militaires. Le mouvement islamiste palestinien Hamas, dont la branche armée détient un soldat israélien à Gaza, a félicité mercredi dans un communiqué le Hezbollah libanais pour la capture de deux soldats israéliens.
    De son côté, le président palestinien Mahmoud Abbas a mis en garde jeudi contre le déclenchement d'une "guerre régionale".

     
  • At 7/14/06, 4:34 AM, Anonymous Jim said…

    Le Figaro


    http://www.lefigaro.fr/debats/20060714.FIG000000037_pourquoi_il_faut_desarmer_le_hezbollah_libanais.html

    Pourquoi il faut désarmer le Hezbollah libanais
    Par Nadim Hasbani.

    Publié le 14 juillet 2006Actualisé le 14 juillet 2006 : 08h48 Le Depuis le retrait israélien, le désarmement du Hezbollah est devenu une nécessité pour la stabilité politique et économique du Liban. Mais le Hezbollah, en situation de force, bien armé, présent au Parlement et au sein du gouvernement, ne désarmera que s'il en retire des avantages suffisants. Il est impératif que les parties libanaises soient prêtes à faire des compromis et incitent le Hezbollah à désarmer pacifiquement.

    Faute de solutions viables qui soient satisfaisantes pour toutes les parties concernées, le rejet du désarmement par la milice pro-iranienne (chiite) pourrait mener le Liban vers un nouveau conflit civil. L'attitude du Hezbollah, qui refuse toute mise en cause de ses armes, ainsi que ses activités provocatrices à la frontière israélienne poussent inéluctablement les autres communautés religieuses du Liban à se rapprocher de leurs propres extrémistes. Dans le contexte actuel de friction entre sunnites et chiites dans la région, notamment en Irak, tant les Libanais sunnites que chrétiens finiront par ne plus tolérer les armes du Hezbollah. Ils chercheront à se doter de leurs propres moyens militaires pour défendre leurs acquis politiques.

    Les chiites du Liban, y compris les sympathisants du Hezbollah, de même que l'Iran, doivent êtres convaincus du bien-fondé d'un tel désarmement. L'ascension du Hezbollah sur la scène politique libanaise s'est faite grâce au combat armé contre Israël. Il n'est pas question d'une remarginalisation socio-économique et politique de la communauté chiite.

    Il est nécessaire de mettre en place une réforme non conventionnelle de l'armée libanaise. Le Hezbollah dispose de capacités militaires spécifiques qui offrent au Liban une force de dissuasion unique (infiltration de commandos, enlèvements de soldats, réseau élaboré d'espions, guerre psychologique). Il est dans l'intérêt de toutes les communautés libanaises, et pas seulement des chiites, de conserver et d'améliorer l'organisation de cette force de dissuasion. Il est inacceptable qu'elle reste indépendante de l'État et dirigée par l'idéologique islamiste du Hezbollah. L'armée libanaise pourrait être remodelée dans une structure aux méthodes de combats asymétriques. En cas d'attaque, les petites unités se retirent puis se redéploient pour harceler les positions de l'envahisseur, comme pourrait le faire une résistance armée.

    Toutefois, cette «armée de résistance nationale» reste indiscutablement sous le seul contrôle du gouvernement multiconfessionnel, qui décide de la guerre ou de la paix. Les militants du Hezbollah ne pourront donc plus prendre en otage l'ensemble du pays pour mener leur guerre.

    Les relations très proches que le Hezbollah entretient avec l'Iran doivent être canalisées dans le cadre des relations d'État à État entre le Liban et l'Iran. Le Hezbollah devrait s'engager à ne plus servir à l'Iran de force de riposte au cas où Téhéran ou ses installations nucléaires seraient attaquées. Il ne s'agit pas de mettre fin à la relation du Hezbollah avec l'Iran, ce qui est d'ailleurs impossible tant l'organisation islamiste est proche de ce pays. Il s'agit plutôt d'institutionnaliser leurs échanges, notamment entre les ministères de la Défense et des Affaires sociales. Le financement militaire qu'offre l'Iran au Hezbollah pourrait être intégré au budget de défense de l'État libanais dans le cadre des aides militaires étrangères reçues par le Liban. Il est même envisageable que l'armée restructurée se procure de l'aide logistique, entre autres, auprès des industries de défense iraniennes, qui ont de l'expérience dans les techniques de défense asymétriques.

    En échange de ces concessions, l'État libanais devrait prendre les mesures diplomatiques nécessaires à la suppression du Hezbollah, devenu purement politique, de la liste américaine des organisations terroristes. Plus important, les communautés religieuses libanaises doivent reconnaître que les chiites vont gagner en influence sur une nouvelle armée plus effective. Toujours est-il que, pour l'instant, nous ignorons le niveau d'influence que le Hezbollah a sur l'armée libanaise mais le degré d'infiltration de cette dernière par des éléments proches du Parti de Dieu est probablement très élevé.

    Certaines demandes formulées par le Hezbollah doivent par ailleurs être mises en place avant toute restructuration de l'armée : le retrait d'Israël de la région disputée des fermes de Shebaa (reconnues libanaises par les leaders politiques de tous bords), la libération des prisonniers libanais des geôles israéliennes et la démarcation définitive de la frontière entre le Liban et Israël suivie d'une reconnaissance onusienne.

    Finalement, il est évident que les résolutions de l'ONU n'ont jamais suffi à protéger le Liban des agressions israéliennes, ni Israël des agressions paramilitaires lancées à partir du territoire libanais. La communauté internationale, avec le support de l'ONU, de la France, des Etats-Unis, de l'Iran et des États arabes concernés, devrait offrir d'autres moyens de protection comme une zone démilitarisée où se positionne une force onusienne fortement armée. Clairement, les gouvernements libanais successifs ont été incapables de contrôler les attaques menées à partir de son sol comme le montre la récente montée de violence de ces derniers jours. Le pragmatisme exige que cette responsabilité soit transférée à la Finul, la force intérimaire de l'ONU déjà présente au Liban depuis 1972.



    * Chercheur à l'Institut français de géopolitique, université Paris-VIII ; chercheur associé université de Gand (Belgique).

     
  • At 7/14/06, 4:54 AM, Anonymous Leila said…

    Beyrouth comme aux pires années de la guerre

    Israël a bombardé avant l'aube la banlieue chiite de la capitale libanaise, bastion du Hezbollah. Le siège du commandement du mouvement chiite a été visé ainsi que plusieurs ponts. Des façades de magasins et de bureaux ont été éventrés. Après le blocus aérien, maritime et terrestre contre le Liban, Israël est allé plus loin en bombardant la route internationale reliant Beyrouth à Damas, entraînant sa fermeture. Une voie qu'avaient emprunté un peu plus tôt des milliers de personnes, Libanais ou étrangers, pour tenter de fuir le pays.

    Un peu plus tôt, les chasseurs bombardiers israéliens avaient visé à deux reprises l'aéroport international. Et la crise menace de s'étendre à toute la région. Le président iranien Ahmadinejad a mise en garde Israël contre toute agression contre la Syrie, menaçant l'Etat hébreu d'une riposte cinglante.

    Dans ce contexte, le ministre de la défense israélien Amir Peretz prévient : "tous les régimes souverains dans la région doivent savoir qu'ils portent une responsabilité. Ils ne seront pas épargnés par la riposte."
    Pour sa part, le ministre libanais de l'information Ghazi al-Aridi a déclaré que le cabinet libanais en appelait "au Conseil de sécurité des Nations Unies pour prendre une décision immédiate visant à lever le blocus et à mettre fin à l'agression israélienne qui tue des civils innocents et détruit les infrastructures."
    Depuis mercredi, les bombardements israéliens ont tué au moins 55 personnes au Liban.

     
  • At 7/15/06, 1:56 AM, Anonymous Debbie said…

    Une même hantise

    Les mêmes scènes se répètent en province. «Le Hezbollah n'a pas le droit de décider de la vie des autres, déplore une dame à la sortie d'une épicerie. Nous avons vécu vingt ans de guerre. Nous n'avons pas envie de les recommencer».
    L'attente est tout aussi longue devant les boulangeries et les stations d'essence où un semblant de rationnement a été instauré pour éviter de désorganiser la distribution. Mais tous ont la même hantise: que le réseau électrique soit irrémédiablement touché. Les turbines d'eau courante devront alors s'arrêter, avec les conséquences qu'on peut imaginer, notamment dans les hôpitaux.

    Le blocus imposé par les Israéliens a parallèlement donné le coup fatal à la saison touristique. L'été est traditionnellement la saison des mariages. De nombreux émigrés reviennent au pays retrouver leurs familles et passer des vacances entre la mer et la montagne.

    «C'est la catastrophe. Tous nos rêves se sont envolés. La saison s'annonçait magnifique avec ses festivals, les beaux mariages, les feux d'artifice et les fêtes sur les plages», déplore une femme qui a eu pourtant le temps de marier son fils quelques jours avant l'offensive israélienne.

    En moins de 24 heures, pas moins de 12000 ressortissants des pays du Golfe ont quitté le Liban pour la Syrie, empruntant les routes encore praticables. Résultat: les hôtels se vident à Beyrouth et se remplissent à Damas.

     
  • At 7/15/06, 3:37 AM, Anonymous Leila said…

    Who benefits from the Hizbullah action?

    Syria benefited by showing how badly it was needed in Lebanon. Iran picked up additional leverage against the United States. Hezbollah claimed a major place at the negotiations shaping the future of Palestinian politics. It all made a great deal of sense.

    Of course, it was also obvious that Israel would respond. From Syria's point of view, that was fine. Israel would bog down again. It would turn to Syria to relieve it of its burdens. Israel would not want an Islamic regime in Damascus. Syria gets regime preservation and the opportunity to reclaim Lebanon. Iran gets a war hundreds of miles away from it, letting others fight its battles. It can claim it is the real enemy of Israel in the Islamic world. The United States might bargain away interests in Iraq in order to control Hezbollah. An Israeli invasion opens up possibilities without creating much risk.

    It is Hezbollah that takes it on the chin. But Hezbollah, by its nature and its relationships, really did not have much choice. It had to act or become irrelevant. So now the question is: What does Hezbollah do when the Israelis come? They can resist. They have anti-tank weapons and other systems from Iran. They can inflict casualties. They can impose a counterinsurgency. Syria may think Israel will have to stay, but Israel plans to crush Hezbollah's infrastructure and leave, forcing Hezbollah to take years to recover. Everyone else in Lebanon is furious at Hezbollah for disrupting the recovery. What does Hezbollah do?

    In the 1980s, what Hezbollah did was take Western hostages. The United States is enormously sensitive to hostage situations. It led Ronald Reagan to Iran-Contra. Politically, the United States has trouble handling hostages. This is the one thing Hezbollah learned in the 1980s that the leaders remember. A portfolio of hostages is life insurance. Hezbollah could go back to its old habits. It makes sense to do so.

    It will not do this while there is a chance of averting an invasion. But once it is crystal clear it is coming, grabbing hostages makes sense. Assuming the invasion is going to occur early next week -- or a political settlement is going to take place -- Western powers now have no more than 72 hours to get their nationals out of Beirut or into places of safety. That probably cannot be done. There are thousands of Westerners in Beirut. But the next few days will focus on ascertaining Israeli intensions and timelines, and executing plans to withdraw citizens. The Israelis might well shift their timeline to facilitate this. But all things considered, if Hezbollah returns to its roots, it should return to its first operational model: hostages.

    Hezbollah's decision to increase operations against Israel was not taken lightly. The leadership of Hezbollah has not so much moderated over the years as it has aged. The group's leaders have also, with age, become comfortable and in many cases wealthy. They are at least part of the Lebanese political process, and in some real sense part of the Lebanese establishment. These are men with a radical past and of radical mind-set, but they are older, comfortable and less adventurous than 20 years ago. Therefore, the question is: Why are they increasing tensions with Israel and inviting an invasion that threatens their very lives? There are three things to look at: the situation among the Palestinians, the situation in Lebanon and the situation in the Islamic world. But first we must consider the situation in Hezbollah itself.

    There is a generation gap in Hezbollah. Hezbollah began as a Shiite radical group inspired by the Iranian Islamic Revolution. In that context, Hezbollah represented a militant, nonsecular alternative to the Nasserite Fatah, Popular Front for the Liberation of Palestine, and other groups that took their bearing from Pan-Arabism rather than Islam. Hezbollah split the Shiite community in Lebanon -- which was against Sunnis and Christians -- but most of all, engaged the Israelis. It made a powerful claim that the Palestinian movement had no future while it remained fundamentally secular and while its religious alternatives derived from the conservative Arab monarchies. More than anyone, it was Hezbollah that introduced Islamist suicide bombings.

    Hezbollah had a split personality, however; it was supported by two very different states. Iran was radically Islamist. Syria, much closer and a major power in Lebanon, was secular and socialist. They shared an anti-Zionist ideology, but beyond that, not much. Moreover, the Syrians viewed the Palestinian claim for a state with a jaundiced eye. Palestine was, from their point of view, part of the Ottoman Empire's Syrian province, divided by the British and French. Syria wanted to destroy Israel, but not necessarily to create a Palestinian state.

    From Syria's point of view, the real issue was the future of Lebanon, which it wanted to reabsorb into Syria, or at the very least economically exploit. The Syrians intervened in Lebanon against the Palestine Liberation Organization and on the side of some Christian elements. Their goal was much less ideological than political and economic. They saw Hezbollah as a tool in their fight with Yasser Arafat and for domination of Syria.

    Hezbollah strategically was aligned with Iran. Tactically, it had to align itself with Syria, since the Syrians dominated Lebanon. That meant that when Syria wanted tension with Israel, Hezbollah provided it, and when Syria wanted things to quiet down, Hezbollah cooled it. Meanwhile the leadership of Hezbollah, aligned with the Syrians, was in a position to prosper, particular after the Israeli withdrawal from Lebanon.

     
  • At 7/15/06, 11:43 AM, Anonymous Jim said…

    Lebanon’s gain?

    Was just talking to a friend who pointed out that, rather than punishing Lebanon as often portrayed in the press, Israel could be doing it a huge favor by delivering a devastating blow to Hezbollah. If Israel succeeds in surrounding and pulverizing Hezbollah in the south it will have “disarmed” Hezbollah in a way the Lebanese government never could, and it will be another blow against Syrian influence in the country. It won’t be pretty, but could be just what the Cedar Revolution needs in the long run.

     
  • At 7/15/06, 12:28 PM, Anonymous Anonymous said…

    The Proxy War

    15/07/2006


    Amir Taheri
    was born in Iran and educated in Tehran, London and Paris. Between 1980 and 1984 he was Middle East editor for the London Sunday Times. Taheri has been a contributor to the International Herald Tribune since 1980. He has also written for The Wall Street Journal, The New York Times, and The Washington Post. Taheri has published nine books some of which have been translated into 20 languages, and In 1988 Publishers'' Weekly in New York chose his study of Islamist terrorism, "Holy Terror", as one of The Best Books of The Year. He has been a columnist Asharq Alawsat since 1987


    Until even a week ago the conventional wisdom was that there is not going to be another major war in the Middle East involving Israel. Now even the most optimistic observers are no longer sure. Meeting in Saint Petersburg this weekend, the leaders of the G-8 may try to stop a broader war, almost at the last minute. But, can they?
    The reasons why a broader war may be in the cards are not hard to fathom. Israel, facing what is a pincer operation by both Hamas in the occupied territories and the Hezbollah in Lebanon believes it is facing an existential threat.

    This does not mean that either Hamas or Hezbollah, or their combination, would be in a position to defeat Israel militarily. However, both are capable of pursuing a low intensity war against Israel virtually forever. And that, like all low intensity wars, would aim at breaking the spirit of the enemy, persuading more and more Israelis that their homeland is not a place in which to have a normal life and raise children, and that their best bet is to head for safe havens elsewhere. Low intensity war is also bad for any nation's economy. People cannot think of long-term investments when the see missile raining on them. The effects of low intensity war on Israel are even more strongly felt because of the country's demographic disadvantage. Living under the threat of suicide attacks is hardly an encouragement for making babies.

    At the opposite side of the fight, Hamas and Hezbollah are also facing existential threats, as they know that Israel is determined to destroy them as political organisations.

    Israel has refused to recognise the Hamas-led government and has succeeded in organising what amounts to an international quarantine against it. If Hamas ends up by tearing up its own charter and recognising the legitimacy of Israel's existence, it would spell its own doom as a radical Islamist movement. If, on the other hand, it persists with its no compromise stance it will be seen by many Palestinians as responsible for all the hardship they now suffer. Hamas in government is quite different from Hamas as an independent movement.

    As for Hezbollah almost all of its prestige, or whatever is left of it, is based on the myth that it defeated the Israelis and drove them out of occupied southern Lebanon. At the same time Hezbollah is the target of United Nations resolution 1559 that demands its dissolution as an armed group. Hezbollah without arms would become just another Lebanese political party, garnering around 20 per cent of the votes.

    The Hezbollah faces another, perhaps bigger, problem: it must develop its policies within a broader strategy worked out by the Islamic Republic in Tehran and the Baa'thist government in Damascus. As a result, it cannot simply decide to defuse the situation in the hope of keeping its military organisation intact. Iran, coming under growing pressure on the nuclear issue, is desperately looking for a diversion. And what better diversion than a mini-war that could keep international attention focused on the Israel-Lebanon-Palestine triangle? Syria, for its part, could profit from a limited war, between Israel and Hezbollah, by pointing out that its own presence in Lebanon had been a stabilising force and that efforts to exclude it from the Lebanese scene have generated greater instability.

    In a sense, therefore, what we are witnessing is the opening shots in a proxy war between the Islamic Republic and Syria on one side and Israel on the other. As for Lebanon, it is, as so many other times in the past, being used by rival regional and international powers as a battlefield in which the Lebanese people are regarded as collateral damage at best.

    Everyone knows that the Lebanese government does not have the power to implement Resolution 1559 and disarm the Hezbollah. Everyone also knows that Lebanon is not yet strong enough to ward off pressure and intervention from outside powers, this time Syria and the Islamic Republic.

    The big question is this: will the Islamic Republic and Syria allow Israel to destroy Hezbollah's war machine and disarm its militia?

    If Tehran and Damascus sit back and watch while Israel dismantles their principal asset in Lebanon, would they not lose all credibility as sponsors of radical movements in the Middle East and beyond? Would President Mahmoud Ahamdinejad who has vowed to wipe Israel off the map start his presidency by sitting back and watch Israel wipe Hezbollah's militia off the Lebanese chessboard? And what would the Assad regime look like if it did nothing to prevent Hezbollah, the bastion of Syrian influence in Lebanon, being broken in the current round of fighting? To be sure, Syria still has some Maronite allies in Lebanon. But these allies are there because Hezbollah is there. Once Hezbollah is out of the equation as an armed group, watch for Michel Aoun and others running in all directions in search of new protectors.

    The Irano-Syrian strategy, especially since Ahmadinejad's decision to make the destruction of the Jewish state a priority of his administration, would encourage those in Israel who insist that it should seize the current opportunity for breaking the Hezbollah's war machine even in the face of a broader war. In doing so Israel could claim that it was simply helping Lebanon implement Resolution 1559.

    The stakes have been raised beyond anyone's expectation.

    If Israel backs down now and ends its campaign without disarming the Hezbollah it would, in effect, hand Iran and Syria an unexpected victory. This would also spell the end of Lebanon's new democratic government and the return in force of Syrian and Iranian influence in Lebanon. At the other end of the spectrum in Palestine, such an Israeli retreat would give a badly hurt Hamas a second lease of life and greater vigour to pursue its radical strategy. If, on the other hand, Israel removes the Hezbollah from the Lebanese scene it would be the turn of the leaderships in Tehran and Damascus to come to terms with a major strategic setback that could encourage their internal enemies. What is certain is that this conflict will not end until one side wins and another side loses. The G-8 may try to postpone decision-time for a bit longer. But it is hard not to see that there are two visions of the Middle East, one backed by the United States and its allies, including Israel, the other promoted by Iran and Syria and their surrogates.

    Since a synthesis of the two is not possible, even the G-8 may realise that they cannot prevent a broader regional war.

     
  • At 7/15/06, 12:38 PM, Anonymous Jim said…

    Voici le tract lancé par l'AIF sur Beyrouth, pour prévenir les pertes civiles.

    C'est un "copiez-collez" de l'excellent blog de WIL, Window In Lebanon

    Suite aux actions terroristes du Hezbollah, qui portent atteinte a la
    prospérite du Liban, l'armée israélienne agira au Liban pour toute la durée
    nécessaire afin de protéger le peuple israélien. Pour votre securité et afin
    d'éviter toute atteinte aux personnes civiles qui ne sont pas impliquées avec le
    Hezbollah, évitez de vous trouver dans des endroits en relation avec le
    Hezbollah.

    Il faut que vous sachiez que la continuation des actions terroristes contre
    Israel est une épée a double tranchant pour vous et pour le Liban.

    Signé Israël

     
  • At 7/16/06, 6:38 AM, Anonymous Anonymous said…

    La capacité de nuisance du Parti de Dieu
    L'armée du Hezbollah contrôle toujours le sud du Pays du Cèdre. Problème.
    Luis Lema
    La question est tellement sensible au Liban, qu'on refuse même de lui donner un nom moins vague que celui de «dialogue national». Avec le récent retrait des soldats syriens, pourtant, cette question est devenue centrale pour l'avenir du Pays du Cèdre: comment désarmer la milice du Hezbollah, cet Etat dans l'Etat qui laisse allumées les craintes d'un retour à la guerre civile en privant l'Etat libanais (le vrai), d'une bonne partie de ses prérogatives?

    Le «dialogue national», certes, a déjà permis de progresser. Longtemps réticent, le Hezbollah est entré dans le jeu politique libanais où il dispose maintenant de parlementaires et de ministres. Mais le Parti de Dieu continue d'entretenir sa propre armée au sud du pays. C'est lui, et lui seul, qui contrôle la frontière avec Israël où les soldats libanais ne mettent pas les pieds et où les forces de l'ONU se révèlent impuissantes à faire autre chose que de la figuration.

    Le Hezbollah a bâti sa réputation et sa force sur deux facteurs: sa défense de la population chiite, longtemps marginalisée, et sa «résistance» farouche contre la présence israélienne. Ce sont ses attaques incessantes qui ont contribué, en grande partie, au départ de l'armée d'Israël en l'an 2000.

    Derrière, Téhéran et Damas

    Depuis lors, la milice n'a fait qu'accroître son influence, à partir des banlieues sud de Beyrouth à majorité chiites: forte de sa propre télévision (bombardée ces jours par Israël), d'une organisation très hiérarchique et de milliers de militants, elle est devenue sans aucun doute, pour le meilleur et pour le pire, l'épine dorsale du pays. Les fréquents survols du Liban auxquels les chasseurs israéliens ont toujours procédé, la question non résolue des prisonniers détenus en Israël ainsi que la dispute sur le petit territoire dit des Fermes de Chebaa ont continué par ailleurs d'alimenter les tensions.

    Le rôle du Hezbollah est d'autant plus marqué qu'il sert aussi, depuis longtemps, les intérêts d'autres pays. Même s'il a toujours gardé une certaine autonomie, le Parti de Dieu a en effet été utilisé comme moyen de pression de la Syrie et de l'Iran contre l'Etat hébreu. En armant la milice libanaise, ces deux pays peuvent ainsi «exporter» au Pays du Cèdre la guerre de basse intensité qu'ils mènent contre Israël. C'est par ce jeu-là que la Syrie a longtemps espéré reconquérir le Golan, ce plateau stratégique annexé par l'Etat hébreu.

    Aux yeux des militaires israéliens, l'escalade actuelle leur permet de faire table rase de la présence du Hezbollah au sud du pays. Isolée et affaiblie, la Syrie risquerait gros à entrer de plain-pied dans les combats, comme se sont employés à le démontrer des avions israéliens qui ont récemment survolé le palais présidentiel à Damas. Quant à l'Iran, il n'a au contraire jamais semblé aussi fort: la guerre en Irak lui a offert une formidable zone d'influence et la faiblesse syrienne, justement, a amené un rapprochement entre les deux pays. Certains analystes israéliens interprètent ainsi l'ampleur de la réaction israélienne au Liban comme un message adressé avant tout à Téhéran.

     
  • At 7/17/06, 4:35 AM, Anonymous Roger said…

    The Arab mindset

    The crisis sparked by Hamas and Hizbullah is more important and revealing in psychological terms for the Arab world than any military or direct political impact. The most poignant statement of its meaning is a leading Arab liberal's anguished cry in a letter, summing up how these events mark the death of the dream of democracy and pragmatism among his people:
    "I have been watching some 20 Arabic-speaking television channels (Egyptian, Emirate, Qatari, Syrian, Sudanese, Lebanese and Kuwaiti). The outcome is: Either these (hundreds of) people who appeared on the screen(s) and talked passionately about 'our' dignity, raising 'our' heads, 'our' national pride and the victory that God will grant 'us' were mad, or I am the one who represents madness."
    In short, extremist groups with an assist from the media controlled by Arab regimes can still stir up the old-time hysteria quite successfully. Who needs peace, stability, economic progress, women's rights, an independent judiciary, an accurately reporting media, control of corruption, a good educational and health system, free speech and all that stuff when you can kidnap Israelis?
    Of what importance is the Arab weakness in commercial hi-tech if you can purchase a rocket that hits an Israeli patrol boat? Why keep your children in school learning how to make a living if they can be deployed as martyrs?
    This analysis is not mere cynicism; it is the actual situation in the Arab world. Once again, as happened so often in past decades, the terrorists (with a little help from the privileged) are directing events.
    And rather than abandon the idea of finding the right murderous savior, much of the Arab world has just switched to the latest fad and the newest messiah.
    Gamal Abdel Nasser, Hafez Assad, Saddam Hussein, Yasser Arafat, and Osama bin Laden all failed. But no lesson is drawn from this. Now it is on the Hamas-Hizbullah axis that people place their faith.
    Iran, of course, is the patron of both groups and played a central role in provoking the crisis. Yet while Iran may be the only indigenous regional power, its direct gains are going to be limited.
    THE ARABS in general are not giving credit to Teheran. After all, the whole point of this being an Arab and (Sunni) Muslim victory is ruined if the new hero is Persian and Shi'ite.
    Lebanon is playing both sides at once. Christians, Druse and even Sunni Muslims are angry that Hizbullah has dragged them into the war, destroyed their tourist industry and wrecked the prospects for the country's economy for years to come. In private, Lebanese say they would like Israel to wipe out Hizbullah for them. Publicly, though, most Lebanese politicians are standing beside Hizbullah and will not lift a finger to help.
    Nobody should have any illusions about the Lebanese government doing anything even if the whole country is leveled. The country's leaders simultaneously use, fear, and support Hizbullah. To cheer on the extremists protects their careers, and none of them have gotten where they are today by caring very much about the nation's interest.
    HAMAS AND Hizbullah are now in the drivers' seat of the Arab world. It is worth underlining the fact that these two groups were supposedly going to be moderated by winning elections and participating in governments.
    Now we know that the effect went the other way: The situation gets pushed in a radical direction when terrorists are in government.
    This does not mean, however, that Arab regimes are altogether pleased with these developments, even if they will often exploit them demagogically to build support while blaming all their problems on Israel, the United States, and the West. They are quite happy if their people believe that fighting Israel, rather than their own corrupt dictatorships, is what needs to be done.
    Still, Egypt, Jordan, Saudi Arabia and others are horrified. Current events also threaten them, both by emboldening their own radical Islamist opponents and possibly bringing wider regional instability. In the unprecedented words of an official Saudi statement: "A difference should be drawn between legitimate resistance and rash adventures carried out by elements... without consultation or coordination with Arab countries, thus creating a gravely dangerous situation exposing all Arab countries and [their] achievements to destruction with those countries having no say."
    I think the Saudis are right to be nervous, though wrong to keep playing the game of whipping the radical and Islamist horses forward with one hand (money and propaganda) and trying to rein them in with the other (repression and a bit of persuasion). This type of maneuver keeps them in power in the short run, but may end up by burying them in the long run.
    AS FOR the long-term consequence of this crisis, I think that after the rockets and guns stop firing the big effect will be to fully reinstate the folly. As the Arab world rediscovers (if it ever forgot) that fighting Israel is more emotionally satisfying than fighting dictatorship or socioeconomic stagnation, the old pattern will prove as strong as ever.
    There will be no real democracy, peace, or rapid progress for the Arab world in this decade and, more likely than not, in the next one either.

     
  • At 7/17/06, 5:37 AM, Anonymous Anonymous said…

    16 juillet 2006



    Pourquoi Israël mène-t-il des opérations militaires contre le Liban ?



    Israël fait-il un usage disproportionné de la force ?



    Pourquoi Israël bombarde-t-il des immeubles et des infrastructures civiles ?



    Pourquoi Israël ne fait-il pas preuve de retenue et ne recourt-il pas à des moyens diplomatiques avant de faire usage de la force ?



    Comment Israël peut-il attendre une action du gouvernement libanais après qu’il ait fait preuve d’inaction et d’inefficacité durant des années ?



    Pourquoi Israël dit-il que la Syrie et l’Iran sont impliqués dans le terrorisme du Hamas et du Hezbollah ?



    Qu’est-ce qui motive le Hamas et le Hezbollah, et pourquoi la Syrie et l’Iran les soutiennent-ils ?



    Comment Israël va-t-il réagir aux bombardements de Haïfa ?



    Comment Israël fera-t-il pression sur la Syrie et l’Iran ?



    Il apparaît qu’Israël fait face à un conflit sur deux fronts. Ces deux fronts sont-ils liés, en réalité ?



    Israël a déclaré qu’il ne négocierait pas avec le Hamas ; mais qu’en est-il du Hezbollah ?



    Quelles sont les voies diplomatiques disponibles pour mettre fin à cette crise ?









    Pourquoi Israël mène-t-il des opérations militaires contre le Liban ?



    Sans la moindre provocation de sa part, Israël a subi une attaque transfrontalière en provenance du territoire libanais. L’attaque a été perpétrée par le Hezbollah, qui fait partie du Gouvernement du Liban. Elle était dirigée contre des citoyens israéliens – citoyens et soldats – qui se trouvaient sur le territoire israélien souverain. Dans ces circonstances, Israël n’a pas d’autre alternative que de se défendre et de défendre ses citoyens. C’est pour cette raison qu’Israël réagit maintenant à l’acte de guerre d’un Etat souverain voisin. L’objectif de l’opération israélienne est double : libérer les soldats enlevés et faire disparaître la menace terroriste de sa frontière nord. Israël considère que le Liban est responsable de la situation actuelle, et qu’il doit en subir les conséquences.



    Haut de page







    Israël fait-il un usage disproportionné de la force ?



    La proportionnalité se mesure en fonction de l’étendue de la menace. Les actions d’Israël ne résultent pas seulement de l’attaque injustifiée contre Israël, ni de l’enlèvement des deux soldats. L’opération militaire d’Israël est également dirigée contre la menace concrète et tangible que fait peser le Hezbollah sur plus d’un million de civils dans tout le nord d’Israël. Le Hezbollah – organisation terroriste dont le but est la destruction d’Israël et qui contrôle le sud-Liban – dispose de plus de douze mille missiles prêts à être tirés contre Israël, et en a lancé des centaines durant les quelques jours écoulés. L’usage massif de ces missiles par le Hezbollah, qui a causé de nombreux décès de civils, des centaines de blessés et des destructions considérables, rend nécessaires les actions d’Israël. On peut se demander 'ce qu’auraient fait d’autres Etats s’ils avaient été l’objet d’une menace de cette magnitude'.



    Haut de page







    Pourquoi Israël bombarde-t-il des immeubles et des infrastructures civiles ?



    Israël ne prend pour cibles que des installations qui servent directement aux attaques terroristes contre Israël, perpétrées par les organisations terroristes. Par exemple, Israël s’en est pris à l’Aéroport International et à l’autoroute Beyrouth-Damas, parce que le Hezbollah les utilise pour se réapprovisionner en armes et en munitions. Israël a également pris pour cibles des immeubles, tel celui des studios de télévision du Hezbollah, qui servent de moyen vital de communication pour les activistes terroristes. Malheureusement, les terroristes se sont volontairement cachés et ont stocké leurs missiles dans des zones d’habitation, mettant ainsi en danger les populations alentour. En fait, beaucoup des missiles récemment tirés contre Israël ont été emmagasinés dans des habitations privées et tirées de ces dernières, expropriées par des terroristes du Hezbollah, qui veulent ainsi protéger leurs actions derrière un bouclier humain de civils, pour empêcher une riposte d’Israël. Malgré cette cruelle exploitation de civils, Israël prend grand soin de réduire au minimum le risque auquel la population est exposée – souvent aux dépens d’avantages opérationnels. Par exemple, des tracts sont lancés pour inciter les habitants à éviter certaines installations du Hezbollah, même si cet avertissement préalable réduit l’élément de surprise dont eût pu bénéficier Israël.



    Haut de page







    Pourquoi Israël ne fait-il pas preuve de retenue et ne recourt-il pas à des moyens diplomatiques avant de faire usage de la force ?



    Israël a fait preuve de retenue durant plus de six ans. En mai 2000, Israël a pris la difficile décision de se retirer complètement du sud-Liban, après avoir été contraint, quelques années plus tôt, d’y créer une zone de sécurité pour empêcher les attaques terroristes et les tirs de roquettes contre les villes israéliennes. Le Conseil de Sécurité de l’ONU a reconnu qu’Israël s’était entièrement retiré du sud-Liban, en pleine conformité avec la Résolution 425. Le Gouvernement libanais avait alors l’occasion de prendre le contrôle total du sud et de définir une frontière pacifique avec Israël. Au lieu de cela, il a préféré céder à la terreur que de la vaincre, et il a permis au Hezbollah d’occuper les régions contiguës à la frontière et de constituer un énorme arsenal de roquettes et de missiles.



    A plusieurs reprises, Israël a formulé des avertissements et demandé à la communauté internationale d’inviter le Liban à imposer sa loi au Hezbollah, et d’obliger ses hommes armés à quitter les positions qu’ils occupent près de la frontière, et à démanteler leurs stocks de missiles. Malheureusement, le Liban n’a pas tenu compte des demandes de la communauté internationale d’exercer sa souveraineté et de désarmer le Hezbollah, et aujourd’hui, le peuple libanais doit, hélas, supporter les conséquences de l’inaction de son gouvernement.



    Haut de page







    Comment Israël peut-il attendre une action du gouvernement libanais après qu’il ait fait preuve d’inaction et d’inefficacité durant des années ?



    La diminution récente de la présence militaire syrienne au Liban a laissé à Beyrouth plus de liberté d’action pour servir les intérêts libanais, pourtant, jusqu’ici, aucune mesure n’a été prise à l’encontre du Hezbollah.



    Le Gouvernement du Liban porte la responsabilité de la menace que constitue le Hezbollah. Il a conféré une légitimité officielle au Hezbollah et a permis que ses opérations armées se déroulent sans entraves. Le Hezbollah n’aurait jamais obtenu les missiles et l’équipement militaire dont il dispose, si le gouvernement libanais n’avait permis que ces armements parviennent au Liban.



    Il est de la responsabilité du Gouvernement du Liban de remplir son obligation, en tant qu’Etat souverain, d’étendre son contrôle à tout son territoire, comme le demandent les résolutions 425 et 1559. Par son opération, Israël espère faire pression sur le Gouvernement de Beyrouth pour qu’il agisse, et faciliter son action en lui assurant l’encouragement international et les conditions favorables au désarmement du Hezbollah et au déploiement de l’armée libanaise au sud, jusqu’à la frontière entre Israël et le Liban.



    Haut de page







    Pourquoi Israël dit-il que la Syrie et l’Iran sont impliqués dans le terrorisme du Hamas et du Hezbollah ?



    La Syrie héberge dans sa capitale, Damas, les quartiers généraux d’un certain nombre de groupes terroristes djihadistes palestiniens, dont le Hamas. Elle abrite et soutient, sur le plan logistique, le dirigeant du Hamas, Khaled Mashaal, qui a vécu à Damas pendant des années. De Damas, Mashaal dirige, des terroristes qui, de l’intérieur des territoires palestiniens, perpètrent des attaques incessantes contre Israël et ses citoyens, dont des bombardements contre le sud d’Israël avec des missiles Qassam, et la récente infiltration et le kidnapping du soldat israélien, Guilad Chalit. La Syrie apporte également son aide au Hezbollah, sous forme, entre autres, de transfert d’armes, de munitions et de militants, qui sont acheminés par l’aéroport de Damas et les passages frontière entre la Syrie et le Liban. Le Hezbollah serait incapable d’agir au Liban sans un parrainage syrien.



    L’Iran est le principal bienfaiteur du Hezbollah. Il fournit à cette organisation les fonds, les armes, les directives, et même l’encadrement iranien (les 'Pazdaran', ou Gardiens de la Révolution). Les missiles à longue portée qui ont frappé les villes israéliennes de Haïfa et Carmiel (le 13 juillet) ont été fabriqués par l’Iran, comme c’était le cas du missile téléguidé tiré contre un navire israélien lance-missiles, au large de la côte libanaise. D’une manière générale, le Hezbollah est purement et simplement une arme du régime djihadiste de Téhéran. L’Iran a également accru de manière considérable son influence à l’intérieur de l’organisation terroriste palestinienne, et au sein des Brigades d’al-Aqsa (Fatah), et du groupe Iz a-Din al-Qassam (Hamas). Il assure le financement, la formation technique et les directives opérationnelles de leurs cellules terroristes.



    Haut de page







    Qu’est-ce qui motive le Hamas et le Hezbollah, et pourquoi la Syrie et l’Iran les soutiennent-ils ?



    Le Hamas et le Hezbollah sont mues par une idéologie djihadiste extrémiste, qui appelle à la destruction immédiate de l’Etat d’Israël, et qui s’inscrit dans l’effort international pour mener une 'Guerre Sainte' contre le monde occidental 'infidèle', et ce afin de faire prévaloir leur version radicale de l’islam d’un bout à l’autre du globe.



    La Syrie et l’Iran soutiennent ces groupes, non seulement parce qu’ils approuvent leur idéologie, mais aussi parce que ces organisations constituent, pour Damas et Téhéran, un moyen de renforcer l’influence de leur régime respectif et de détourner l’attention d’autres problèmes qui leur ont valu récemment des pressions internationales. La Syrie fait face à une critique croissante pour son implication dans le meurtre de Rafik Hariri et son interférence dans les affaires libanaises. L’Iran est l’objet d’une pression, qui va en s’élargissant, à propos de son programme de développement nucléaire. De plus, la communauté internationale dénonce ces deux régimes pour leur sinistre bilan en matière de droits de l’homme.



    Par conséquent, Israël considère le Hamas, le Hezbollah, la Syrie et l’Iran comme les acteurs fondamentaux de l’Axe du Djihad Terroriste qui menace non seulement Israël, mais tout le monde occidental.



    Haut de page







    Comment Israël va-t-il réagir aux bombardements de Haïfa ?



    Les centaines d’attaques de roquettes, lancées en ce moment depuis le Liban par le Hezbollah contre Haïfa et le nord d’Israël, et au cours desquelles douze civils ont été tués et des dizaines d’autres blessés, devraient dissiper une fois pour toute la légende populaire qui dépeint le Hezbollah comme une force de guérilla mal équipée. Créé dans les années 1980 et agissant par procuration pour le compte de l’Iran afin de perpétrer les actes hostiles de ce pays contre Israël – sans considération pour la souveraineté libanaise et en violation de cette dernière – le Hezbollah a reçu des envois énormes d’armement moderne haut-de-gamme provenant de l’arsenal iranien, transbordés en passant par la Syrie.



    Un officier de haut rang de l’armée iranienne déclarait dimanche au journal en langue arabe, Al-Sharq al-Awsat, que les Gardes Révolutionnaires de la République islamique [les Pasdaran] avaient établi des dizaines de bases de lancement de roquettes et de missiles dans la Vallée du Liban et le long de la frontière avec Israël. Entre 1992 et 2005, le Hezbollah a reçu quelques 11.500 missiles et roquettes à courte et moyenne portée. Cet officier ajoutait que le Hezbollah possédait quatre types de missiles sol-sol modernes : des « Fajr » [victoire], d’une portée de 100 km, des « Iran 130 », d’une portée de 90-110 km, des « Shahin », d’une portée de 150 km, et des roquettes de 355 mm de diamètre, également d’une portée de 150 km. Le vendredi 14 juillet au soir, le Hezbollah a fait preuve d’une capacité, jusqu’alors inconnue, en tirant sur un navire israélien un missile mer-terre sophistiqué, guidé par radar, de fabrication iranienne, tuant quatre soldats.



    Face à cette grave agression de la part du Hezbollah, Israël fera tout le nécessaire afin d’éloigner la menace terroriste de ses centres de population, comme le ferait tout autre pays dans des circonstances similaires.



    Haut de page







    Comment Israël fera-t-il pression sur la Syrie et l’Iran ?



    Il existe un large consensus, sur la scène internationale, à propos du fait que le terrorisme djihadiste constitue une menace mondiale qu’il faut combattre avec détermination et fermeté. Israël a été en contact intensif avec des gouvernements étrangers et des organisations mondiales, pour coordonner la pression à exercer sur ces régimes, et faire en sorte qu’ils comprennent que le prix qu’ils auront à payer, sur le plan international, pour leur soutien du terrorisme, sera insupportablement élevé.



    Haut de page







    Il apparaît qu’Israël fait face à un conflit sur deux fronts. Ces deux fronts sont-ils liés, en réalité ?



    Dans sa conférence de presse qui a suivi l’attaque du 12 juillet, le Secrétaire-Général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a présenté la liste de ses exigences de rançon en échange de la libération des [deux] soldats [israéliens] enlevés. Elle comprenait une demande de libération de détenus terroristes du Hamas, ainsi que de membres du Hezbollah. Ceci est révélateur du fait que le niveau de coordination entre ces deux groupes de terreur djihadiste n’est pas seulement idéologique, mais qu’il est également opérationnel.



    Haut de page







    Israël a déclaré qu’il ne négocierait pas avec le Hamas ; mais qu’en est-il du Hezbollah ?



    A la suite de l’attaque du 12 juillet à partir du Liban, le Premier ministre Olmert a déclaré qu’"Israël ne céderait pas au chantage et ne négocierait pas avec des terroristes concernant la vie des soldats israéliens.



    Haut de page







    Quelles sont les voies diplomatiques disponibles pour mettre fin à cette crise ?



    Israël sait bien que si les opérations militaires sont actuellement nécessaires pour défendre ses citoyens en neutralisant la menace que constitue l’infrastructure terroriste du Hezbollah au Liban, la solution définitive est, bien entendu, diplomatique. A ce niveau, il n’existe aucune différence de fond entre la position israélienne et celle de la communauté internationale. Israël attend, de la famille des nations, qu’elle fasse respecter le consensus international déjà approuvé par le Conseil de Sécurité de l’ONU concernant le Liban, et de faire pression sur le gouvernement libanais pour qu’il applique les résolutions 1559 et 1680, impose sa souveraineté sur la région frontalière avec Israël et désarme le Hezbollah.



    Pour soutenir cet effort, les dirigeants des pays du G8, actuellement réunis à Saint Petersbourg, doivent entreprendre une offensive diplomatique pour amener à un cessez-le-feu rapide qui aboutira au retour des soldats israéliens kidnappés, au désarmement du Hezbollah et à sa transformation en un groupe jouant un rôle politique non violent.

     
  • At 7/17/06, 11:06 AM, Anonymous Debbie said…

    Lebanon remained hostage to a stateless organization that answered to both Syria and Iran.

    Syria’s desire to reclaim Lebanon and Iran’s desire to destroy Israel forced Hezbollah to demonstrate that the millions poured into it had been a good investment. In attacks coordinated with Hamas, both terror groups kidnapped Israeli soldiers. Suddenly the heat was off Iran as concerns about its ambition to acquire nuclear weapons gave way to the attention focused on events in Lebanon and Gaza.

    There was never any doubt of Israel’s response. Am. Gillerman told the Security Council that “Hezbollah, together with Hamas, Syria and Iran, comprise the world’s new and ominous Axis of Terror, an infamous club, the entry fee to which is the blood of innocents and the terrorizing of the entire world.”

    “The real occupying power in Lebanon is terror—terror instigated by Hezbollah, but initiated, funded and perpetrated by Syria and Iran.”

    If you want to see what the other nations of the Middle East will look like if there is no intervention and preemption, look at Lebanon.

    If you want to see what Europe will look like if subjected to a similar campaign of terror, look at Lebanon.

    The implications for the United States of America are huge. This is where we secure a large measure of the oil our economy and way of life requires. This is where we have put our troops in harm’s way to break the grip of fanatical Islam and replace it with a modern form of governance.

    Failure is not an option, but so far U.S. diplomacy has only encouraged its enemies.

    This is not just about tiny Israel fighting for its security and survival. This is not about restoring Lebanon to its former grandeur.

    This is about whether Western civilization has the guts to protect itself against a tyrannical enemy.

     
  • At 7/18/06, 7:53 AM, Anonymous Delbarre said…

    «La population va demander des comptes au Hezbollah»
    17-07-2006
    http://www.liberation.fr/actualite/monde/193786.FR.php?mode=PRINTERFRIENDLY
    Joseph Bahout, politologue libanais et enseignant à Beyrouth, est actuellement dans la capitale libanaise, où Libération l'a interviewé par téléphone.
    Qu'est-ce qui a poussé le Hezbollah à agir, et s'attendait-il à une telle riposte d'Israël ?

    Le Hezbollah a fait un mauvais calcul : il a considéré que l'armée israélienne était embourbée à Gaza dans l'affaire du soldat enlevé. Il a voulu apparaître comme la principale force arabe capable de s'opposer militairement à Israël, alors que Gaza était bombardé quotidiennement et que tout le monde arabe se taisait. Deuxième facteur : l'enlèvement des deux soldats israéliens à la frontière intervient dans un contexte global de négociations irano-américaines sur le nucléaire (lire page 7). Téhéran a jugé opportun de montrer sa capacité de projection loin de ses frontières, au Proche-Orient. Il y a un troisième élément, d'ordre syro-libanais : le réveil des tensions régionales fait passer au second plan l'enquête et le tribunal international sur l'assassinat de Rafic Hariri. Mais, franchement, je ne pense pas que le Hezbollah s'attendait à une telle réaction. Tous ceux qui ont entendu l'allocution télévisée de Hassan Nasrallah, vendredi, ont noté sa quasi-surprise : il avait parié sur une opération limitée d'échanges de prisonniers et se retrouve avec une guerre totale. La question qui se pose aujourd'hui, c'est de savoir si Israël attendait que le Hezbollah commette une faute pour appliquer son plan. Car le vrai but de cette guerre est clair désormais : il s'agit de changer les règles du jeu en vigueur avec le Hezbollah depuis le retrait israélien en 2000 et d'appliquer par la force la résolution 1 559 de l'ONU, qui prévoit son désarmement.
    Hervé de Charette: L'ambiguïté du gouvernement libanais à l'origine de la crise au Proche-Orient
    18-07-2006
    http://permanent.nouvelobs.com/etranger/20060717.FAP9715.html?0933
    PARIS (AP) -- Hervé de Charette, ancien ministre français des Affaires étrangères et l'un des artisans de la trêve entre Israël et le Hezbollah en 1996, a accusé le gouvernement libanais de cultiver une "ambiguïté" préjudiciable au peuple libanais.
    "Il y a une ambiguïté qui est évidemment la source de beaucoup des malheurs des Libanais", a affirmé Hervé de Charette lundi sur RFI. "Il y a dans le gouvernement libanais à la fois des partis qui souhaitent la paix, qui n'ont pas d'objectifs à l'égard d'Israël, et puis le Hezbollah qui est toujours dans une attitude conflictuelle vis-à-vis d'Israël, qui a une milice armée installée dans le sud du Liban où l'armée libanaise ne va pas".
    "Il y a donc vraiment une contradiction interne au Liban", a-t-il insisté.

    Dissonances au sein de la communauté libanaise en France
    18-07-2006
    http://www.lorient-lejour.com.lb/page.aspx?page=article&id=317948&pf=1
    Deux manifestations, de tendances opposées, ont défilé à Paris sous des slogans différents
    Deux manifestations ont eu lieu à Paris samedi, la première, place du Trocadéro, organisée par les forces du 14 Mars, et la deuxième, dans le 15e arrondissement, par un collectif d’associations et de membres de la société civile libanaise.
    Le président Émile Lahoud déclare son appui à Nasrallah
    18-07-2006
    http://www.lorient-lejour.com.lb/page.aspx?page=article&id=317956&pf=1
    Tournée du chef de l’État dans les hôpitaux et les centres d’accueil
    «Les Libanais sont unis face à l’agresseur », a affirmé le président Émile Lahoud, qui a rappelé que les Libanais ont l’habitude d’ouvrir leurs maisons à leurs compatriotes sinistrés pendant les périodes de crise. C’est d’ailleurs, selon lui, ce qui fait leur force.
    Le chef de l’État a tenu ces propos au cours d’une tournée effectuée auprès des hôpitaux et des centres d’accueil des déplacés dans la capitale.
    Il s’est ainsi rendu à l’hôpital du Sacré-Cœur, où il a rendu visite au capitaine de l’armée Fadi Abdallah, blessé à Damour. Lahoud a rappelé que l’agression israélienne ne fait pas de distinction entre les Libanais, et il a rendu hommage à l’armée et à ses sacrifices pour la défense du Liban.


    Hamadé : « La décision de la guerre et de la paix n'appartient pas à Nasrallah ou Lahoud »
    18-07-2006
    http://www.lorient-lejour.com.lb/page.aspx?page=article&id=317963&pf=1
    Hamadé : « La décision de la guerre et de la paix appartient au Conseil des ministres, et pas à Nasrallah ou Lahoud »
    Le ministre des Télécommunications, Marwan Hamadé, a indiqué hier que le temps des négociations n’était peut-être pas venu, mais qu’il en était quand même à ses premiers balbutiements grâce à la visite dimanche du haut coordinateur pour la Politique étrangère de l’Union européenne, Javier Solana, et la visite de la délégation de l’ONU.


    De nombreux Libanais en colère contre le Parti de Dieu
    18-07-2006
    www.lefigaro.fr
    Malgré l'écoeurement de chrétiens et de sunnites face au cavalier seul du Parti de Dieu, l'union sacrée reste de rigueur contre Israël.
    (...)
    Le message porte, tant le ressentiment de certains envers le Hezbollah est grand. «De quel droit Hassan Nasrallah a-t-il décidé, seul, de se frotter à Israël ? S'il a la culture du martyre et du sacrifice, ce n'est pas la mienne», s'insurge Toufic. Et d'ajouter : «Pour la première fois, le Hezbollah goûte vraiment à la puissance israélienne, la théorie selon laquelle les armes de la résistance ont un effet dissuasif qui protège le Liban tout entier s'est complètement écroulée.»



    Mouvement d'exode vers le nord du Liban
    18-07-2006
    http://permanent.nouvelobs.com/etranger/20060717.OBS5329.html
    Les villages proches de la frontière avec Israël se vident, les habitants fuyants les bombardements.

     
  • At 7/18/06, 8:04 AM, Anonymous Anonymous said…

    Please tell us wht is really happening in Lebanon. What are blogs for?
    Are you going to get rid of the Syrian agent Emile Lahoud. Are you going to stand up to the Hizboullah who have hi-jacked Lebanon.

    Lebanon is not the enemy -Hizboullah is!

    The roads and airpots and bridges are bommbed to prevent movemnt of rockets and combattantsa. These hide ammunition and rocket dumps in homes and villages. They travel in civilain cars and truck and thus endanger other civilians.

    Collateral damge as it is called because of the use of human shields.

    Do not count on French hypocrisy:
    In 1999, dozens of NATO bombs and missiles hit Yugoslav bridges, communications grids, power plants and a television station, killing at least 498 civilians.
    French fighter pilots flew more than 1,100 of the war's air strikes, or about 11 percent of the alliance's missions, according to Aviation Week and Space Technology magazine.

    The wave of violence from Israel's north has only one purpose: To foment and aggravate unrest in the Middle East in furtherance of Iran's desperate attempt to export radical Islamist control throughout the region. The Iranian government's self-proclaimed, undiminished, ultimate goal, of course, is to wipe Israel off the map.
    The immediate troubles — including the rockets and hostage-taking squads — may stem from Lebanon-based guerrillas and be carried out with the connivance and support of Syria. But the roots extend all the way back to the top ranks of the government of President Mahmoud Ahmadinejad of Iran. That's where the international community should demand that the remedial action begin.

     
  • At 7/19/06, 2:00 AM, Anonymous Anonymous said…

    Hi, I'm an israeli, feeling your pain and hearing your distress.
    If only there was a way convincing u that people here really care about u
    No one want that Lebanese will get heart, we all hoping for peace and wishing u will hold on and wont suffer.
    I'm hoping for a day which I can hold your hand with trust, deep respect and love.
    Wish u all well and keep safe

     
  • At 7/22/06, 9:26 AM, Anonymous Idris said…

    The cheaters of Lebanon.


    Evacuee check criticised
    By The Copenhagen Post
    The Danish People's Party calls for a check of evacuees' employment status upon their return from Lebanon. Opposition parties call the proposal 'cold-hearted'

    A call to check the employment status of evacuees returning from Lebanon has been met with scepticism and criticism from labour market officials.
    Søren Espersen, the foreign affairs spokesperson for the government's support party, the Danish People's Party, suggested that unemployment agencies investigate whether the approximately 5000 people evacuated from southern Lebanon this past week have collected unemployment benefits.

    Labour regulations require people receiving unemployment benefits to remain in Denmark and to be available for work with one day's notice.

    Espersen considered the evacuation 'a unique chance' to confirm or challenge the myth that foreigners with a Middle Eastern background take advantage of the social welfare system in Denmark.

    All of the evacuees were registered by the Ministry of Foreign Affairs upon arrival. Checking those lists with unemployment registries would be a simple affair, said Espersen.

    'Without carrying out an additional investigation, we have the chance to confirm this once and for all.'

    The proposal has not received support from the minister of employment, Claus Hjort Frederiksen, however. He remains hesitant to put an investigation into motion.

    'I expect that unemployment agencies and municipalities know whether unemployed people travel abroad for longer periods of time,' he told national public broadcaster DR.

    The proposal cannot expect the support of social workers either, Bettina Post, the vice president of the Danish Association of Social Workers, told daily newspaper Jyllands-Posten.

    'It says a great deal about Søren Espersen that when he sees people being evacuated, he sees potential cheaters.'

    The opposition also criticised the proposal. Looking into people's employment status as they return from a war zone seemed 'callous', according to Per Clausen of the opposition's Red-Green Alliance.

    'It seems so incomprehensible that you would think the man was misquoted,' said Clausen. 'Just when you think the Danish People's Party cannot become any more unpleasant, they go a little farther.'

     
  • At 7/22/06, 9:27 AM, Anonymous Anonymous said…

    Israel calls spook jittery Lebanese



    South Lebanon residents say called by State of Israel to assist with info on Hizbullah
    Reuters



    At first, Bushra Khayyat tried to ignore the incessant ringing of the phone at her house in Lebanon’s southern port city of Sidon. It was 4 am, but she finally got out of bed.


    “I said hello and got a recorded message from Israel,” she told Reuters.




    In clear Arabic, the strong voice on the phone said: “Oh Lebanese people, we tell you not to follow Hizbullah. We will continue to strike and no one will bring your prisoners back from Israel except the Lebanese government.”



    Other residents of the south have received similar calls.




    “My grandmother got two calls at 5 and 6 in the morning saying the Israeli state would not stop the attacks and asking everyone to leave the area south of the Litani,” said one woman who is stranded in Sidon. “She slammed the phone down.”



    Israel has dropped flyers on Lebanon during its 10-day-old conflict with Hizbullah terrorists, warning people to stay away from the group’s strongholds, warning them to evacuate their villages in the south or caricaturing the chief of Hizbollah.



    But there was something eerie about the phone calls.



    “It was a shock to get a call from Israel,” said Khayyat, who has since fled the bombardment to Syria and then France.



    “I have caller ID on my landline and when I checked it came up as ‘out of area’. It’s not that I was scared, I just wished I could talk back to the voice but it was a recorded message.”



    Khayyat got a similar call two nights later, this time answered by her maid, who, panicking when she heard a voice announce “This is Israel”, immediately put down the phone.

     
  • At 7/24/06, 4:49 AM, Blogger Fearless said…

    Le Hezbollah revient à ses méthodes traditionnelles. L’organisation terroriste chiite libanaise a déclaré détenir deux journalistes étrangers sans donner d’autres précisions. Si le kidnapping du Hezbollah ne surprend personne, une autre question continue de hanter les esprits, celle de ses capacités militaires.


    En effet, le régime des mollahs continue à fournir de grandes quantités d’armements à l’organisation dirigée par Hassan Nasrallah. Ces armements transitent par Damas et ce malgré les dénégations de toutes les parties concernées.

    Les armes les plus redoutables du Hezbollah sont des roquettes qui frappent sans interruption les villes Israéliennes. Les tirs de roquettes ne datent pas du début du conflit et ils ont été une sorte d’outil de sondage pour le Hezbollah qui voulait rester informé quant aux intentions israéliennes : voir combien de temps Tel-Aviv resterait sans réagir.

    Le mouvement terroriste chiite pourra tenir pendant plusieurs semaines, voire plus s’il obtient des ravitaillements, à moins que les soldats de Tsahal ne parviennent à mettre la main sur les stocks d’armes ou détruire les chemins d’approvisionnement. Toutefois les routes sont nombreuses entre le Liban et la Syrie et le trafic des poids lourds ne décroît pas ces derniers jours.

    Une opération terrestre pourrait être évitée uniquement si Israël pouvait utiliser des renseignements humains au sol en temps réel sur les caches d’armes du Hezbollah, souligne Elias Hanna, un général libanais à la retraite. Mais le système de sécurité interne du Hezbollah et sa culture du secret rendent très improbable son infiltration par des espions, ajoute-t-il. Le souci principal est donc de savoir ce dont dispose cette organisation.


    Le Hezbollah prétend posséder 12000 roquettes et l’armée israélienne estime que 950 projectiles sont tombés en Israël depuis le 12 juillet. Le Hezbollah a également renforcé son arsenal composé de fusils d’assaut, de mines, de pièces d’artillerie légère et de canons antiaériens en y ajoutant des équipements de vision nocturne et des drones. Selon le Hezbollah, son arsenal serait intact et important. Il y a une grande part de désinformation dans les annonces faites par Nasrallah sur la chaîne Al Manar émettant du Liban (et financée par le régime de Téhéran).

    D’après les services de renseignements arabes repris par la chaîne Al Arabyah, l’Iran aurait fourni plusieurs modèles de missiles au Hezbollah :

    des fusées Shahin 2 (Faucon), des engins d’une longueur de 3.5 mètres, de 20 kilomètres de portée avec une capacité de 190Kg de TNT,

    des fusées Oghab (Aigle), d’une longueur de 4 mètres et de 45 kilomètres de portée,

    et surtout les redoutables Zelzeleh 1 (Séisme), fusées de 8 mètres de haut pouvant aller jusqu’à 150 kilomètres avec une charge de plus de 500 Kg de TNT dont l’exemplaire envoyé vers Tel-Aviv a été détruit au dernier moment par des chasseurs de l’armée de l’air israélienne.




    Si le président Chirac s’abstient de mentionner explicitement le Hezbollah comme une organisation terroriste responsable du présent conflit, il en va pas de même pour les services secrets militaires français [1] qui reconnaissent que le régime des mollahs a livré au Hezbollah :

    des missiles antiaériens Manpad ou Man Portable Air Defense Systems (missiles sol-air portables en savoir + et voir la vidéo),

    10 à 12 000 Katiouchas (sur rampes mobiles) et

    250 missiles d’une portée de 80 kilomètres montés sur rampes (4x4). Concernant ces derniers, et toujours selon les spécialistes du DRM, seules des actions commandos en territoire libanais permettraient d’en détruire une partie mais certainement pas l’ensemble...


    Téhéran a donc bien suréquipé le Hezbollah dans le but de se servir des capacités de nuisance de cette organisation fondée en 1982 par l’Iranien Mohtashami-pour, l’ambassadeur des mollahs en Syrie à cette époque.

    Les informations de la DRM démentent les propos de certains politologues et chercheurs qui continuent de clamer que le Hezbollah n’a pas besoin de Téhéran. Le Hezbollah a non seulement besoin de l’Iran pour les fournitures d’armes, mais pire encore, l’organisation chiite n’agit que sur ordre et avec l’aval des mollahs, ces derniers ont d’ailleurs aussi dépêché sur place plus de 200 instructeurs en plus des éléments des Renseignements qui s’y trouvent en permanence. Les héritiers de Khomeiny ne cessent de glorifier « l’indépendance du Liban » alors qu’ils violent quotidiennement la souveraineté de cet état en complicité avec leur allié Syrien. Le Liban n’est pas indépendant si cette force d’occupation y demeure.

    De nombreuses institutions politiques condamnent les raids israéliens sur le sol libanais, sans reconnaître leurs propres torts quant à leur immobilisme face à l’armement du Hezbollah et les ingérences permanentes du régime des mollahs au Liban depuis 1982. En réalité, le Liban est le grand oublié, le régime des mollahs impose à ses partenaires commerciaux de ne pas évoquer l’ingérence du Hezbollah. Cet immobilisme se concrétise par les généreuses déclarations sur l’indépendance du Liban. Les mollahs y ont recours mais pas seulement eux, les Français et leur Président ont aussi recours à cette fallacieuse marque d’amitié.

     
  • At 7/24/06, 4:50 AM, Blogger Fearless said…

    Le Hezbollah revient à ses méthodes traditionnelles. L’organisation terroriste chiite libanaise a déclaré détenir deux journalistes étrangers sans donner d’autres précisions. Si le kidnapping du Hezbollah ne surprend personne, une autre question continue de hanter les esprits, celle de ses capacités militaires.


    En effet, le régime des mollahs continue à fournir de grandes quantités d’armements à l’organisation dirigée par Hassan Nasrallah. Ces armements transitent par Damas et ce malgré les dénégations de toutes les parties concernées.

    Les armes les plus redoutables du Hezbollah sont des roquettes qui frappent sans interruption les villes Israéliennes. Les tirs de roquettes ne datent pas du début du conflit et ils ont été une sorte d’outil de sondage pour le Hezbollah qui voulait rester informé quant aux intentions israéliennes : voir combien de temps Tel-Aviv resterait sans réagir.

    Le mouvement terroriste chiite pourra tenir pendant plusieurs semaines, voire plus s’il obtient des ravitaillements, à moins que les soldats de Tsahal ne parviennent à mettre la main sur les stocks d’armes ou détruire les chemins d’approvisionnement. Toutefois les routes sont nombreuses entre le Liban et la Syrie et le trafic des poids lourds ne décroît pas ces derniers jours.

    Une opération terrestre pourrait être évitée uniquement si Israël pouvait utiliser des renseignements humains au sol en temps réel sur les caches d’armes du Hezbollah, souligne Elias Hanna, un général libanais à la retraite. Mais le système de sécurité interne du Hezbollah et sa culture du secret rendent très improbable son infiltration par des espions, ajoute-t-il. Le souci principal est donc de savoir ce dont dispose cette organisation.


    Le Hezbollah prétend posséder 12000 roquettes et l’armée israélienne estime que 950 projectiles sont tombés en Israël depuis le 12 juillet. Le Hezbollah a également renforcé son arsenal composé de fusils d’assaut, de mines, de pièces d’artillerie légère et de canons antiaériens en y ajoutant des équipements de vision nocturne et des drones. Selon le Hezbollah, son arsenal serait intact et important. Il y a une grande part de désinformation dans les annonces faites par Nasrallah sur la chaîne Al Manar émettant du Liban (et financée par le régime de Téhéran).

    D’après les services de renseignements arabes repris par la chaîne Al Arabyah, l’Iran aurait fourni plusieurs modèles de missiles au Hezbollah :

    des fusées Shahin 2 (Faucon), des engins d’une longueur de 3.5 mètres, de 20 kilomètres de portée avec une capacité de 190Kg de TNT,

    des fusées Oghab (Aigle), d’une longueur de 4 mètres et de 45 kilomètres de portée,

    et surtout les redoutables Zelzeleh 1 (Séisme), fusées de 8 mètres de haut pouvant aller jusqu’à 150 kilomètres avec une charge de plus de 500 Kg de TNT dont l’exemplaire envoyé vers Tel-Aviv a été détruit au dernier moment par des chasseurs de l’armée de l’air israélienne.




    Si le président Chirac s’abstient de mentionner explicitement le Hezbollah comme une organisation terroriste responsable du présent conflit, il en va pas de même pour les services secrets militaires français [1] qui reconnaissent que le régime des mollahs a livré au Hezbollah :

    des missiles antiaériens Manpad ou Man Portable Air Defense Systems (missiles sol-air portables en savoir + et voir la vidéo),

    10 à 12 000 Katiouchas (sur rampes mobiles) et

    250 missiles d’une portée de 80 kilomètres montés sur rampes (4x4). Concernant ces derniers, et toujours selon les spécialistes du DRM, seules des actions commandos en territoire libanais permettraient d’en détruire une partie mais certainement pas l’ensemble...


    Téhéran a donc bien suréquipé le Hezbollah dans le but de se servir des capacités de nuisance de cette organisation fondée en 1982 par l’Iranien Mohtashami-pour, l’ambassadeur des mollahs en Syrie à cette époque.

    Les informations de la DRM démentent les propos de certains politologues et chercheurs qui continuent de clamer que le Hezbollah n’a pas besoin de Téhéran. Le Hezbollah a non seulement besoin de l’Iran pour les fournitures d’armes, mais pire encore, l’organisation chiite n’agit que sur ordre et avec l’aval des mollahs, ces derniers ont d’ailleurs aussi dépêché sur place plus de 200 instructeurs en plus des éléments des Renseignements qui s’y trouvent en permanence. Les héritiers de Khomeiny ne cessent de glorifier « l’indépendance du Liban » alors qu’ils violent quotidiennement la souveraineté de cet état en complicité avec leur allié Syrien. Le Liban n’est pas indépendant si cette force d’occupation y demeure.

    De nombreuses institutions politiques condamnent les raids israéliens sur le sol libanais, sans reconnaître leurs propres torts quant à leur immobilisme face à l’armement du Hezbollah et les ingérences permanentes du régime des mollahs au Liban depuis 1982. En réalité, le Liban est le grand oublié, le régime des mollahs impose à ses partenaires commerciaux de ne pas évoquer l’ingérence du Hezbollah. Cet immobilisme se concrétise par les généreuses déclarations sur l’indépendance du Liban. Les mollahs y ont recours mais pas seulement eux, les Français et leur Président ont aussi recours à cette fallacieuse marque d’amitié.

     
  • At 7/25/06, 10:03 AM, Blogger Fearless said…

    Les « partisans de cheikh Sobhi Toufeili » se déchaînent contre Nasrallah et l’Iran
    25-07-2006
    http://www.lorient-lejour.com.lb/page.aspx?page=article&id=318506&pf=1
    Les « partisans de cheikh Sobhi Toufeili » ont vivement critiqué hier dans un communiqué le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah. Les partisans ont ainsi estimé que « la guerre sauvage menée par Israël prouve que sayyed Hassan Nasrallah a lamentablement échoué dans sa direction de la Résistance, après qu’il eut remis toutes ses clés à Téhéran ». « Sa stratégie de défense nationale s’est transformée en stratégie de destruction nationale », ont-ils ajouté, appelant à ce que cheikh Toufeili reprenne sa place à la tête du Hezb.

     
  • At 7/26/06, 12:25 PM, Anonymous Victoria said…

    Nous vous proposons la lecture de cet article, paru sur le site de l'European Strategic Intelligence and Security Center :





    Par Claude MONIQUET, Président de l’ESISC

    24 juillet 2006



    Pas un jour, pas une heure qui passe sans que les télévisions ne nous assènent les images horribles des destructions que Tsahal est en train d’infliger au Liban. Le tout agrémenté de l’interminable litanie des morts. Oui, cette guerre qui ne dit pas encore son nom, tue beaucoup. Oui, parmi les morts qui se comptent par centaines du côté libanais, on relève des femmes et des enfants. Et tous sont des « civils ».



    Mais d’abord, une question se pose qui n’est pas que de pure forme. Le Hezbollah est une milice, une armée insurrectionnelle qui mène une guerre insurrectionnelle. Or, dans ce type de conflit, le « civil » n’est parfois qu’un milicien qui vient de déposer sa Kalachnikov ou qui la prendra dans quelques heures. Ceci doit être dit et rappelé. Comme il doit être dit et rappelé que le Hezbollah est une organisation cynique qui se nourrit de la haine et de l’esprit de revanche que chaque nouvelle mort sème. Et c’est pourquoi cette «armée » de lâches se fond dans la population civile, entraîne des adolescents à devenir des miliciens –quand elle ne les forme pas à se transformer en kamikazes - et camoufle ses dépôts d’armes dans des maisons familiales (1) .



    Comme il doit être rappelé, enfin, que l’armée israélienne prévient les populations civiles avant de frapper. Ce qui, bien entendu, n’enlève rien à l’horreur des morts de femmes et d’enfants innocents. Seulement voilà, tous ceux qui, aujourd’hui, dans les milieux politiques et les médias, dénoncent la « disproportion » de la riposte israélienne sont bien contents, en définitive, qu’Israël fasse le sale boulot, le « travail qui tâche » comme disent les Russes. Qui en Europe, comme dans le monde arabe, ne souhaitait pas en finir avec le Hezbollah, cette organisation totalitaire et terroriste qui, hier, prenait en otage la démocratie et aujourd’hui prend en otage la population libanaise dans son ensemble ? Qui ne souhaite pas détruire ce bras armé de la République des mollahs. Oui, l’offensive israélienne dérange parce qu’elle tue des civils. Mais oui, elle arrange, en fait, beaucoup de monde - et de nombreuses capitales - parce que l’occasion est donnée, enfin, d’en finir avec le Hezbollah (au moins sur le plan militaire) et de faire comprendre à Téhéran qu’il existe des lignes rouges indépassables.



    Qu’on ne s’y trompe pas : une reculade ou une faiblesse de l’Etat hébreu ne rendra pas service au monde –et nous ne parlons pas seulement, ici, du monde occidental - si l’offensive ne va pas à son terme logique, à savoir détruire les combattants du Hezbollah, éliminer sa direction, casser sa chaîne de commandement et ses capacités opérationnelles et lever l’hypothèque que ses stocks de missiles font peser sur Israël (mais aussi sur des régimes arabes qui, demain, pourraient déplaire à Téhéran, comme la Jordanie…), alors ces morts seront tombés en vain. Si l’organisation militaire du Hezbollah n’est pas anéantie, alors, demain, ce seront des soldats de l’ONU participant à une force d’interposition qui tomberont sous ses armes et ce seront des otages étrangers qui pourriront dans les caves de Beyrouth, comme en 1985.



    Les beaux esprits diront qu’il suffisait d’appliquer la résolution 1559 de l’ONU. Certes, mais le seul problème en l’occurrence est que l’ONU est un géant au pied d’argile qui ne se donne jamais la force d’appliquer ses décisions.

    La communauté internationale l’a dit il y a des années déjà : le Hezbollah doit désarmer. Mais le Hezbollah a refusé de le faire et plonge aujourd’hui le Liban dans la tragédie. Qui a été sur le terrain pour appliquer cette résolution ? L’armée libanaise ? Que non ! Le Liban est d’ailleurs dirigé aujourd’hui par un gouvernement qui compte trois membres du Hezbollah –un officiel et deux sympathisants –et son Premier ministre qui demande à l’organisation de déposer les armes sait très bien qu’il ne sera pas écouté. Quant au Président libanais, Emile Lahoud, ce valet qui a vendu son pays à la Syrie, il clame urbi et orbi que « le Hezbollah est respecté dans le monde arabe ». La voix de son maître…



    La nature humaine et celle du monde sont ainsi faites que la loi sans la force n’est rien. Si ce n’était le cas, d’ailleurs, aurions-nous besoin de policiers pour appliquer les lois pénales dans nos démocraties ? Les citoyens ne s’y plieraient-ils pas de leur plein gré ? Mais ce n’est pas le cas. Aujourd’hui au Liban, c’est à Israël que revient le sale boulot. Il n’y a aucune raison, là, de tresser des couronnes de lauriers aux soldats de cette démocratie. Mais peut être y en a-t-il une pour faire attention aux critiques et à la manière dont on les profère. Aujourd’hui, quand le gouvernement libanais ou l’Europe condamne la « disproportion » de la riposte israélienne, ils le font au nom de leurs manquements, de leur lâcheté et de leurs compromissions.



    Ce sont cette lâcheté, ces manquements et ces compromissions qui, autant au moins que la provocation insensée du Hezbollah, ont plongé le Liban dans le deuil. L’armée israélienne n’est ici que l’instrument du destin. Mais c’est un fardeau bien lourd à porter pour une démocratie qui, il est vrai, depuis tant d’années, s’est habituée à être bien seule.



    (1) ou des mosquées, comme on vient de l’apprendre

     
  • At 7/29/06, 10:24 AM, Anonymous Victoria said…

    Le droit à l'autodéfense
    Par Rafaël BARAK, chargé d'affaires de l'Ambassade d'Israël en France, Libération, 27 juillet 2006


    Article, paru dans Libération du 27 juillet 2006



    "Au cours de ces dernières semaines, l'Etat d'Israël a été attaqué, sa souveraineté défiée et la sécurité de ses habitants mise en danger. Ces attaques se sont d'abord déroulées dans le sud du pays, face à Gaza, puis à sa frontière Nord avec le Liban.



    Israël n'a provoqué aucune de ces confrontations. Au contraire, Israël a déployé tous les efforts possibles pour les éviter. L'Etat d'Israël n'a pas de conflit territorial, ni sur sa frontière Sud avec les Palestiniens, où il y a moins d'un an Israël a quitté la bande de Gaza, ni sur sa frontière Nord, où, en mai 2000, il s'est retiré du Sud-Liban pour revenir à la ligne frontalière définie par l'ONU.



    A Gaza comme au Liban, l'Etat d'Israël s'inscrit dans les frontières reconnues par l'ensemble de la communauté internationale. Mais certains ont pris le retrait à l'intérieur de nos frontières, accompagné de notre désir de paix avec nos voisins, pour un signe de fragilité. Ceux qui nous attaquent aujourd'hui ont interprété notre retenue comme un signe de faiblesse. Ils ont eu tort.



    L'action militaire dans laquelle nous sommes engagés est dirigée contre les organisations terroristes qui opèrent à partir du Liban et de Gaza. Mais le Hezbollah et le Hamas n'agissent pas seuls. Derrière eux se trouve le soutien militaire, financier et politique de l'Iran et la Syrie.



    Nous n'avons pas l'intention de nous immiscer dans les affaires internes de nos voisins. La tranquillité et la stabilité du Liban et de l'Autorité palestinienne, libres de toutes ingérences étrangères, sont aussi de l'intérêt de l'Etat d'Israël. Nous voudrions que la paix s'installe entre nos peuples.



    La situation humanitaire que subissent les habitants du Liban nous touche profondément. Nous tentons le maximum pour atténuer cette situation et éviter de faire des blessés. Mais que faire, quand les terroristes du Hezbollah, avec l'aide de l'Iran et de la Syrie, cachent plus de 12 000 roquettes et missiles, dans des zones urbaines surpeuplées, dans des villages, dans des maisons habitées et même dans des mosquées ? Que faire quand le Hezbollah se sert de la population libanaise comme bouclier humain et s'installe chez eux pour lancer des roquettes sur Israël ? Israël ne vise pas le Liban mais l'infrastructure terroriste. Il empêche également l'acheminement de roquettes en provenance de l'Iran qui se trouvent, en ce moment même, à la frontière syrienne avec le Liban. Avant chaque attaque, nos forces militaires distribuent des tracts pour demander aux civils de quitter les zones où se trouvent des infrastructures terroristes. Notre armée préfère renoncer à l'avantage de l'effet de surprise, afin d'épargner des vies innocentes.



    Depuis plus d'une semaine, nous avons coordonné des couloirs humanitaires qui permettent entre autres aux citoyens français qui le désirent de quitter le Liban et d'acheminer l'aide humanitaire.



    Mais la souffrance ne se ressent pas que d'un seul côté. Au nord d'Israël, à Haïfa, à Nahariya, à Tibériade, à Kyriat Shmona,plus d'un million de nos citoyens ­ ce qui représente en proportion plus de dix millions de Français ! ­ dorment depuis deux semaines dans des abris. Le week-end dernier, plus de 200 roquettes se sont abattues sur Israël, faisant des morts et des blessés. Le ministre français des Affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy, durant sa visite à Haïfa, a vécu lui-même le quotidien des Israéliens en ayant à se réfugier dans une cage d'escaliers lors d'un tir de missiles. Dans le nord d'Israël, la vie s'est arrêtée brutalement. Les gens ne peuvent plus sortir ni travailler, les enfants, profiter des camps de vacances d'été.



    Malgré une vie quotidienne totalement bouleversée, malgré l'extrême difficulté de rester des journées entières dans des abris, les habitants d'Israël soutiennent l'action menée par leur gouvernement. Car nos citoyens comprennent que l'attaque gratuite du Hezbollah et du Hamas n'exprime pas une revendication territoriale, mais une autre volonté : l'anéantissement d'Israël.



    L'Etat d'Israël exerce, dans le terme le plus pur, son droit naturel à l'autodéfense. Nous n'acceptons pas de vivre sous la menace de missiles terroristes visant nos habitants. Nous continuerons à agir avec détermination.



    Du côté palestinien, nous demandons la cessation immédiate de la terreur, que le caporal Gilad Shalit puisse revenir sain et sauf et que les tirs de missiles contre nos civils prennent fin.



    En ce que concerne le Liban et tel que les pays membres du G-8 l'ont exprimé, nous exigeons :



    * le retour de nos deux otages, Ehud Goldwasser et Eldad Regev ;



    * le cessez-le-feu total ;



    * le déploiement de l'armée libanaise dans tout le Sud-Liban ;



    * l'expulsion du Hezbollah de la région et l'exécution de la résolution 1559 des Nations unies.



    Nous continuerons notre lutte en sachant que la communauté internationale comprend et soutient notre combat contre le terrorisme du Hezbollah et du Hamas, soutenus et inspirés dans cet axe de la haine, par l'Iran et la Syrie.

    Notre victoire sera aussi celle des Libanais et des Palestiniens qui, comme ses voisins israéliens, ne souhaitent rien d'autre que vivre en paix dans notre région.

     
  • At 1/2/10, 1:31 AM, Blogger somaie said…

    Experts have talked about this before. How many times have you read about the importance of ‘adding value’ for your audience? How many times have you read about ‘building trust’ with your readers/prospects?
    Many, many times. You know it well. Every marketing guru has spoken about this topic. I’m sick of hearing it. But it STILL bears repeating.
    www.onlineuniversalwork.com

     

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home